Pierre LAFFAU (Jean ARJO, dit)

 

Né le 5 juillet 1871 à Mont-de-Marsan ; décédé en 1937

« Premiers écarts à Mazerolles, à l’âge de 15 ans. Deux ans plus tard, il débute avec l’excellent troupeau de seconde de Moncoucut-Gaillat et en 1890, il est récompensé parmi les cinq meilleurs des fêtes de Morlanne. Ses prestations, et notamment son premier prix à Viella, lui valent d’intégrer les cuadrillas qui vont suivre le troupeau d’élite de Barrère à partir de [18]92. En [18]95, premier grand triomphe devant le « bétail terrible » du ganadero de Lapeyrade : Laffau remporte le premier prix de 200 fr. des fêtes d’Orthez. Il récidive l’année suivante et apparaît désormais dans les premiers noms sur les affiches ; il est le type de l’écarteur « travailleur, d’une endurance remarquable » et « brillant aussi devant les vaches nouvelles ». Il est même retenu pour participer au concours tauromachique de Bayonne. En [18]98, il s’illustre à Bordeaux, en [18]99 à Habas, il est qualifié de « toujours aussi laborieux ». (..) En 1903, et pendant les six saisons suivantes, Laffau est l’une des têtes de la cuadrilla attachée au ganadero Joseph Barrère. (…) En 1906, Laffau, celui que l’on surnomme « le feinteur à répétition » est parmi les douze meilleurs écarteurs sélectionnés pour le premier concours de l’histoire organisé par le journal La Talanquère. (…) [Il] signe toujours comme tête de cuadrilla chez Portalier en 1910 (…) puis chez Dubecq en 1911 pour la dernière saison du ganadero d’Estibeaux et chez Alexis Robert où il se met souvent en évidence. (…) En 1914, alors qu’il travaille au sein d’une cuadrilla du Syndicat des toreros, à Castelnau-d’Auzan, Laffau est percé par Rayona qui venait de perdre un tampon sur le dos de Darracq, quelques instants auparavant ; cette blessure ne l’empêchera pas de remporter un premier prix de 200 fr., à Gabarret, au mois de juillet. Après la grande guerre, alors qu’il travaille le bétail de Lafitte, Laffau, alors âgé de 50 ans, fait paraître une annonce dans le journal La Course landaise ainsi libellée : « Lorsque mon ganadero n’a pas de course, les organisateurs peuvent m’engager dans n’importe quelle arène devant n’importe quel troupeau. Je m’engage à faire de 12 à 15 écarts ou feintes pour un jour de course et entre 25 et 30 pour 2 jours« . Puis, pendant quelques années, il travaillera chez des ganaderos de seconde et il fera même quelques piges en formelle chez René Larrouture en 1927 ».

Eléments biographiques tirés du Dictionnaire encyclopédique des écarteurs landais de Gérard Laborde (Editions Gascogne, 2008), p. 285-286 (avec l’aimable et amicale autorisation de l’auteur)