Il y a 100 ans, les premiers recortadores dans le Sud-Ouest ?

C’était programmé pour le dimanche 2 avril 1922, à 15h30, aux arènes bordelaises de la Benatte, au Bouscat. L’occasion en était l’ouverture de la saison tauromachique, et la presse annonçait pour cet événement « une course landaise d’un genre absolument inédit dans notre ville ». En fait si l’on lit bien l’article qui la présente, il ne s’agit effectivement pas d’une course hispano-landaise telle que notre Gascogne en connaissait depuis près d’un demi-siècle, mais d’un nouveau type de spectacle taurin.  Mais laissons la plume au journaliste du périodique sportif Le Ballon rond.

« En effet, non seulement le bétail sera travaillé d’une manière nouvelle – c’est-à-dire que la bête sera libre et non emboulée – mais il est entièrement d’origine espagnole et provient de l’élevage de Zalduendo de Navarre, mais encore, ce seront en majeure partie des toreros espagnols et portugais, avec seulement 2 ou 3 écarteurs landais qui l’affronteront sous les ordres du chef de cuadrilla Francisco Pinturas.
Nul doute que ce spectacle entièrement nouveau pour les aficionados bordelais n’obtienne un remarquable succès.
A noter que les toreros se présenteront costumés à l’espagnole. »

Malheureusement, la pluie força les organisateurs à reporter cette course au dimanche suivant, 9 avril. Dans l’article qui fait état de ce report, le journaliste Raymond Massoutier revient sur l’originalité de ce spectacle :

« Les vaches, de provenance espagnole, seront travaillées cornes nues et sans corde. Le jeu spécial des Espagnols transformés en écarteurs landais ne manquera pas d’intéresser le public bordelais. Très courageux, travailleurs, ces toréadors se présentent crânement devant la bête, l’attaquant dans tous les terrains et font l’impossible pour satisfaire les aficionados. Leurs feintes et quiebros sont très serrés, les cornes frôlent constamment la poitrine, l’exposant ainsi à de graves cogidas. Le jeu landais, bien tombé, va peut-être connaître une nouvelle vie et nous ne pouvons que féliciter Pinturas de son désir d’infuser une nouvelle vigueur à un spectacle qui ne manquera pas de mâle beauté. »

Nous étions donc effectivement en présence des premiers recortadores officiant chez nous. Le journal La Gironde présente à cette occasion l’un des acteurs de cette course, provençal d’origine :
« Ch. Boret, un des plus jeunes sauteurs de la Provence, en est aussi un des plus intrépides. Entraîné depuis longtemps à sauter au-dessus des toros camarguais, ce sera un jeu pour lui que de franchir les vaches du ganadero [sic] Pinturas ;il est heureux que ce dernier ait su faire un choix aussi judicieux pour compléter sa cuadrilla et le succès de la journée de dimanche paraît d’autant plus certain que la direction, de son côté, fait procéder à de sérieux aménagements de la piste, et, de ce fait, quel que soit le temps, la course aura lieu, pour la plus grande satisfaction des aficionados, impatients de voir cette cuadrilla en face d’un bétail présenté sans corde et cornes nues. »

Nous trouvons le compte-rendu de ce spectacle dans La France de Bordeaux et de Sud-Ouest du 10 avril, qui l’intitule de manière originale « course hispano-portugaise », et dont voici quelques extraits :
« Les amis des jeux de l’arène attendaient avec impatience la démonsttration première que le bon torero Pinturas nous avait annoncée, avec des vaches espagnoles cornes nues et sans corde, jeu qui ressemble aux courses landaises, mais hélas ! à celles d’autrefois.
Pinturas, dont nous connaissons, certes, la technique, l’adresse et le courage nous disait récemment que de tous les hommes de sa cuadrilla, « c’était lui le plus mauvais ». C’est trop de modestie de sa part. Parmi les toreros qui l’assistent, il y a des valeurs importantes, tels Estrella, ancien novillero, Fabrilo, ex-banderillero, Catalino, Portuguès, et dans le clan des landais [sic], Charles Boret, le sauteur réputé. »

Catalino et le sauteur Boret, qui réalise de belles figures à pieds joints et à la perche, se montrent à leur avantage, ainsi que Pinturas qui réalise de jolies feintes dont notamment « une avec un de ses camarades couché, la tête prise entre les talons »…
A noter qu’avant la sortie de la 4e vache, l’écarteur landais Lafayette « demande la permission de descendre dans le rond. Il n’abusa pas du reste de cette permission, peut-être trop bienveillamment accordée » juge le journaliste.
Autre exploit : « A la cinquième vache, la virtuosité intervient et c’est à trois que les toreros affrontent la vache de front. Le torero placé au milieu fait la feinte et se sert de ses deux camarades, qu’il tient par le cou, comme d’une cape ».

Après l’entracte, enfin, la sortie de la deuxième vache permet de voir en piste, ensemble, Landais, Espagnols et Portugais, « car après Lafayette, c’est l’écarteur et ganadero Koran qui saute dans le rond ». Ainsi se terminait ce qui fut une première dans notre région, celle de l’apparition des recortadores.

Une représentation de quiebro dans La Nueva Lidia en 1885

Le « carnet taurin » de 1908

En 1909, le journal La Course landaise, la fameuse « Tuile », édite ce carnet taurin assez exceptionnel, qui contient les gains réalisés par les meilleurs écarteurs pour la saison 1908, dressant ainsi ce que les auteurs qualifient de « Tableau d’honneur » de notre sport. Ils en ont confié la réalisation au grand Jean de Lahourtique (J.-J. Diris), dont vous pouvez lire la biographie dans le dernier numéro de la Cazérienne (n° 188, juin 2021, p. 8-9), et c’est bien sûr l’imprimeur J. Pindat qui se charge de l’impression.

Les notices sur les 6 premiers de « l’escalot » de l’époque (dans l’ordre : Mazzantini, Giovanni, Despouys, Fillang, Lalanne et Bras-de-Fer) comportent leur portrait et un texte de présentation. Pour les 14 suivants, on dispose uniquement du tableau chronologique de leurs gains. Et enfin, en dernière page, un autre tableau présente les gains des 96 suivants, dont le dernier, le pauvre « Bouillabaisse », ne se présenta que lors d’une unique course et ne gagna qu’1 seul misérable franc…

Bonne lecture !

Les courses hispano-landaises à Pomarez

A la grande époque des courses hispano-landaises, que j’ai évoquées dans le n° 176 de La Cazérienne de juin 2019 et dans un article de ce blog (https://patrimoinecourselandaise.org/2018/02/10/les-courses-hispano-landaises-1/ ), Pomarez a été l’une des plazas qui en a accueilli plusieurs. Voici certainement l’une des plus vieilles affiches concernant ce type de spectacle dans « La Mecque » des courses landaises. Elle concerne les courses des 13 et 14 août 1899 et est conservée aux Archives départementales des Landes sous la cote 4 M 120. La partie des « courses espagnoles » était assurée par la cuadrilla du grand matador-écarteur-ganadero landais Félix Robert; quant à celle des courses landaises, on note seulement que le bétail provenait de sa propre ganaderia et de celle de Lagardère. Le nom des écarteurs n’est pas cité, mais les frères Nassiet ne devaient pas être loin.

Les courses à Dax… en 1846

Voici le jugement très sévère que nos voisins béarnais donnèrent sur les courses qui eurent lieu lors de la fête patronale de Dax en septembre 1846.
« Les courses de taureaux (lisez vaches) ont été ce qu’elles sont toujours à Dax et dans tous les endroits du département des Landes où elles ont lieu, c’est-à-dire ridicules. Privés de cette solennité qui accompagne les courses espagnoles, de ces brillants costumes que les toreadores et les picadores portent avec tant d’élégance, de ces cérémonies théâtrales qui ajoutent à l’impression des spectateurs, dénuées surtout de ce danger réel que courent les combattants, ces prétendus combats de taureaux ne ressemblent pas mal à une mystification. » (Le Mémorial des Pyrénées, 32e a., n° 129, 14 septembre 1846).

On était donc déjà, et avant la date fatidique de 1852 où se déroulèrent les premières courses avec des matadors à Saint-Esprit, près de Bayonne, dans une comparaison entre courses espagnoles et landaises… Espérons que celles que nous aurons le plaisir de voir le 4 octobre prochain, seront plus appréciées, même des Béarnais !

Les courses landaises à Paris en 1925

Du 2 au 10 mai 1925, une grande « Semaine landaise » fut organisée à Paris dans le cadre du fameux « Vel d’Hiv ». J’ai la chance d’avoir pu récupérer un exemplaire du programme édité lors de la première journée du 2 mai 1925.

programme_1925_couv

Pour connaître les spectacles qui étaient proposés aux Parisiens lors de cette semaine, je vous propose le programme de la matinée du 7 mai. On voit que les deux types de courses (compétition individuelle sous forme de duels et match entre cuadrillas) étaient séparées par un entr’acte de 35 mn avec notamment la prestation des Fratellini, et que les amateurs n’étaient pas oubliés pour varier le spectacle. Le tout durait environ 2 h. 30, ce qui supposait un rythme assez soutenu…

programme_1925

Le programme comportait le portrait des organisateurs de cette semaine de courses landaises. On y reconnaît en premier lieu, bien sûr, le grand ganadero Joseph Barrère. Au-dessous de lui, nous trouvons Roger Ducret, un grand escrimeur français qui avait remporté 3 médailles d’or et 2 d’argent aux Jeux olympiques de 1924 à Paris. Les deux autres nous sont pour le moment inconnus.

paris_1925

Et voici les acteurs de cette semaine landaise du Vel d’Hiv, la fameuse cuadrilla de Joseph Barrère. En haut, Gérard Boueilh, dit Gérard (et non Girard !), chef de cuadrilla. Au centre, le célèbre « Père Flam », à l’état civil Eugène Dunau, autrement dit Kroumir II, le frère de l’inventeur du saut périlleux. C’était alors le teneur de corde attitré de la ganaderia Barrère, et il avait 59 ans. Il exercera encore ses talents reconnus par tout le monde coursayre pendant 4 ans encore…

cuadrilla_1925_2

On les présente aussi dans le même programme rassemblés autour de leur ganadero pour une photo de famille. Il s’agit en fait ici de la cuadrilla « élargie », dont seulement sept acteurs firent le voyage :  en partant de la gauche, le grand Meunier (2e ), le chef Gérard (3e), le « Père Flam » (4e), Sabon (5e), Roger Suisse (6e), puis à la gauche de Joseph Barrère, le sauteur Martial et enfin Duffau (à l’extrême droite). Mais outre le teneur Flam et ces 6 écarteurs et sauteurs, 6 autres acteurs sont nommés dans les comptes-rendus de ces courses où l’on assista à la fois à des duels individuels et par équipe : Moreno, Duporto, Laffau, René I, Barthélemy et un certain « Marcel ».
cuadrilla_1925

A l’occasion de ces courses données dans la capitale, L’Illustration publie, le 9 mai 1925, deux grands articles. Le premier, intitulé « La harde », est l’œuvre du grand écrivain régionaliste Joseph de Pesquidoux. L’introduction nous apprend que celui-ci « a visité récemment une ganaderia, que l’on peut considérer comme l’égale de celle qui nous est présentée ces jours-ci, et il y a été reçu par un ganadero qui est à juste titre considéré comme l’as des écarteurs landais, Joseph Coran, et par conséquent comme un émule de Barrère, dont on applaudit la cuadrilla aux portes de la capitale ». Pesquidoux y narre, dans une très belle écriture entrecoupée de dialogues, sa rencontre avec ce personnage étonnant et attachant qu’était Joseph Coran. Deux images illustrent cet article : le galop des vaches dans la lande, et 4 de ses pensionnaires (2 camarguaises et 2 espagnoles). Le second, de Pierre Aymard, a pour titre « Les jeux de la course landaise ». Orné de dessins de L. de Fleurac, il fournit des détails techniques sur la course elle-même, et en particulier sur l’écart, la feinte et le saut.

J’ai retrouvé des photos originales de ces courses prises par le photographe du Petit Parisien et toutes datées du 15 mai 1925. Voici le premier de ces documents, qui donne une idée des installations qui avaient été installées au vélodrome et très adaptées à nos courses. L’on peut aussi se rendre compte du succès de ces spectacles landais à Paris en voyant la foule qui garnissait tous les gradins.1925_2

Et voici un plan plus serré d’une des coursières de la ganaderia Barrère.
1925_1

Chacun de ces spectacles comportait une partie réservée aux amateurs, et l’on voit ici qu’ils n’affrontaient pas que des « vachettes ». C’était également un moment de récupération pour les écarteurs, ce que confirme la vision de nos Landais assis sur l’estribo sans que cela semble déranger notre coursière…. On peut enfin encore admirer le remplissage des gradins, ce qui prouve que notre sport pouvait attirer beaucoup de monde ailleurs que dans les Landes.
1925_6