Léonard Cantegrit, dit « Le Manchot »

cantegrit_manchot

Il y a exactement 160 ans, le 29 août 1860, naissait à Amou Léonard Cantegrit. Il y décéda le 31 mars 1906. Voici quelques éléments de sa carrière.

« Dans sa jeunesse, à la suite de l’explosion d’une lampe, il perdit en grande partie l’usage de son bras gauche »
« A ses débuts en 1878, Le Manchot est une révélation. Chez lui, souplesse, ardeur, courage et vista sont innés. Dès ses premières courses, il fait preuve d’une maîtrise inégalable qui le propulse au premier rang, éclipsant même les ténors de l’époque. En 1883, année de son apogée, Le Manchot remporte 20 premiers prix et 2 seconds prix pour les 22 courses auxquelles il participe. Cette année-là, pour les fêtes d’Hagetmau, (…) Le Manchot va réaliser le lundi un exploit peu banal : sous une pluie diluvienne, pressé par les boulangers d’Amou, son village, il assure à lui tout seul la sortie de toutes les vaches. A la fin de la course, le grand maître Jean Chicoy, présent dans les gradins, lui donna l’accolade sous les vivats du public. Toujours la même année, à Plaisance-du-Gers, il renouvelle cet exploit, se permettant le luxe d’affronter dix fois « à monter-descendre » la terrible Caracola (…). Mais en 1884, chez lui, à Amou, Le Manchot est grièvement blessé par l’autre « monument » de l’époque, la non moins terrible Volontaria du ganadero Dubecq d’Estibeaux. (…) Une fois rétabli, il renonce au boléro, en 1885. »
Eléments biographiques tirés du Dictionnaire encyclopédique des écarteurs landais de Gérard Laborde (Editions Gascogne, 2008), p. 81 et 358-359 (avec l’aimable et amicale autorisation de son regretté auteur) ; photographie reproduite dans l’ouvrage du Centenaire de la Mutuelle des toreros landais.

Eugène SABON (Jean JAYMES, dit)

sabon

Il y a près de 40 ans, décédait à Saint-Pierre-du-Mont, le 3 août 1982, l’écarteur « Eugène Sabon ». Il s’appelait en fait de son vrai nom Jean Jaymes et était né à Saint-Gor le 13 juillet 1894. Voici quelques éléments de sa biographie.

« Après ses débuts, le 15 août 1913, à Roquefort, devant les coursières de Duluc, le ganadero de seconde de Mant, Sabon s’illustre à Arboucave où il remporte le 1er prix de 50 fr. En 1914, on le retrouve dans les cuadrillas du Syndicat des toreros. Peu de courses formelles, mais 3 premiers prix (…). Après la grande guerre, de 1919 à 1921, Sabon « l’intrépide » est équipier chez le ganadero Lafitte et attire l’attention des aficionados avec ses 120 écarts pour une victoire sur deux jours à Nogaro, ses 73 à Condom puis ses 95 en un jour à Saint-Justin en 1920 ! Cette année-là, il décroche le premier prix de 600 fr. lors de l’inauguration des nouvelles arènes de Bordeaux, les 6 et 7 novembre. A noter en [19]21, ses 81 écarts le premier jour et 65 le deuxième aux fêtes d’Orthez et les 86 le dimanche et 64 le lundi à celles de Tartas. Ces dernières performances lui valent d’être engagé par Coran pour l’année suivante. Mais en [19]23, il le quitte pour rejoindre la cuadrilla de Joseph Barrère, le maître ganadero de l’époque (…). Même s’il n’est qu’un écarteur moyen et pas très élégant, Sabon se révèle plaisant et sympathique, faisant preuve souvent de pas mal de cran et de courage, travaillant durement pour remporter quelques premiers prix (…). Après un séjour d’une année chez Grit et Curon qui montent en formelle en [19]26,  il reviendra définitivement chez le ganadero de Buros où il terminera sa carrière en 1935.
Son meilleur souvenir : le premier prix à Eauze en 1914 devant le Suisse, doté de 220 fr-or, d’une palme et d’un louis de 20 fr., suivi du retour triomphal sur les épaules de ses admirateurs jusqu’à l’hôtel. »

Eléments biographiques tirés du Dictionnaire encyclopédique des écarteurs landais de Gérard Laborde (Editions Gascogne, 2008), p. 495 (avec l’aimable et amicale autorisation de son regretté auteur)

Un écarteur poète publicitaire…

nicolas_suisse_1890_2

J’ai trouvé cette publicité en forme de poème dans L’Echo de l’Arène du 2 juin 1912. Elle est signée de « Nicolas Bombezin, ex-torero landais », qui n’était autre que le fameux « Nicolas », également dit « Le Suisse », un écarteur aux belles moustaches…
Elle se compose d’alexandrins et  a pour titre :

« Le Kina Robert et les rois de l’arène »

Pendant plus de vingt ans, courant de place en place,
J’ai des bêtes de courses affronté la fureur ;
De leurs chocs meurtriers je conserve la trace
Sur mon corps mutilé de vaillant écarteur.

Si, malgré les excès d’une ardente jeunesse,
J’arrive à cinquante ans vigoureux et très vert,
C’est que parmi les fous pratiquant la sagesse,
Jamais je ne buvais que du Kina Robert.

Il faudrait peut-être remettre au goût du jour ce tonique, non ?

Joseph Dufau, l’écarteur ressuscité

dessin

Dans son édition du 13 juillet 1873, La Petite Gironde, relayant une information du Journal des Landes,  publiait une brève ainsi rédigée :
« Le malheureux écarteur Joseph Dufau, de Labastide-d’Armagnac, que les amateurs de courses ont applaudi aux Arènes landaises de Caudéran, vient d’être tué aux courses de Nîmes ; c’est celui qui, l’année dernière, eût la jambe cassée à une des dernières courses. « Joseph Dufau, dit le Journal des Landes, exerçait la profession d’écarteur en véritable artiste. Garçon actif, laborieux, il s’occupait également du commerce des grains et traitait des affaires d’une certaine importance. Il laisse une jeune veuve et huit enfants ». »

Mais 5 jours plus tard, un heureux démenti venait mettre un terme à la triste nouvelle :
« Nous avions annoncé, d’après le Journal des Landes, que l’écarteur Dufau avait été tué à Nîmes. Or, le même journal publie aujourd’hui une dépêche datée de Nîmes, et qui est ainsi conçue : « Dufau, écarteur landais, se porte bien. Vu hier. Le maire, Blanchard ». »

Le brave Joseph, dit Cocard, était ressuscité !

Germain Cantegrit, ganadero

Germain-Cantegrit_bon

En mars 1934, le journal La Course landaise, sous la plume de René de Guichebaron, présentait à ses lecteurs la biographie d’un nouveau ganadero, Germain Cantegrit. La voici en intégralité.
« Germain Cantegrit est né à Estibeaux d’une famille de braves et honnêtes cultivateurs. Il grandit dans cette commune, qui fut jadis célèbre par les noms du ganadero Dubecq et du torero Mazantini. Mais, rentrons dans les débuts tauromachiques de Cantegrit.
Le 14 juillet 1912, Habas faisait course. Celle-ci battait son plein, quand, tout d’un coup, on voit s’avancer au milieu de la piste, un jeune homme de 18 ans, vêtu modestement, le béret en pointe. Crânement, il se présente devant la coursière qui fonce sur lui et, six fois, avec succès, il sort victorieux. Tous applaudissent, et Germain Cantegrit, c’est son nom, est désormais sacré torero.
Après la guerre, il convole en justes noces avec Mlle Mathilde Basterot, de Mouscardès, qui est, elle aussi, la belle-sœur de notre ami Dulay, conseiller municipal. Par la suite, il fonde définitivement son foyer à Castetcrabe, en bordure des ondes fugitives de l’Adour.
Ecarteur probe et consciencieux, teneur de corde et entraîneur désintéressé, il a passé successivement dans toute la hiérarchie du jeu landais. Ses débuts comme ganadero vont se produire le 1er avril à Habas, avec le même succès, nous en sommes certain, qu’il y a vingt-deux ans, sur la même place, ses débuts d’écarteur. Notre ami Cantegrit est un tauromache dans toute l’acception du terme. La tauromachie peut être fière de lui ! »
Et ce n’était pas un poisson !…

Il ne put malheureusement pas exercer longtemps sa nouvelle activité, décédant en décembre 1937 à l’âge seulement de 45 ans.