La « Grande Semaine landaise » à Paris en 1926 (suite)

La nouvelle grande semaine landaise fut organisée du 16 au 24 mars 1926, dans le même lieu qu’en 1925 (le Vel d’Hiv), avec le concours du journal Le Petit Parisien. A cette occasion, le quotidien fit paraître une série de dessins humoristiques intitulée « Conseils aux amateurs » que je vous présente ici. On en admirera l’humour…

Paris_1926_humour-1Paris_1926_humour-2Paris_1926_humour-3Paris_1926_humour-4Paris_1926_humour-5Paris_1926_humour-6Paris_1926_humour-7

Après cette série, le journal publia un dernier dessin, œuvre d’un autre artiste, qui n’était pas trop gentille pour nos amis de l’administration fiscale…

Paris_1926_humour-8

La « Grande Semaine landaise » à Paris en 1926

vel-dhiv_1926_0.jpg

On connaît bien la « Grande semaine landaise » de mai 1925 car elle a fait l’objet d’un grand article dans L’Illustration de l’époque, accompagné d’un texte du grand romancier régionaliste Joseph de Pesquidoux. J’en possède le programme ainsi que plusieurs photographies originales, et je vous en reparlerai bientôt. Ce qu’on sait moins, c’est que le succès qu’elle connut entraîna sa reconduction l’année suivante. Je viens d’en acquérir le programme que je vous livre ici bien volontiers. Comme vous le verrez dans le diaporama, il s’agit encore de la cuadrilla et du troupeau Barrère. Deux équipes, celle de Meunier et celle de Gérard, s’affrontaient en un concours amical, appelé « match landais ».

J’ai scanné ce programme et l’ai mais en mode diaporama auquel vous aurez accès en cliquant sur le lien ci-dessous.

vel-dhiv_1926

Une femme écarteur en 1931: Dina Rachel

dina-rachel.jpg

C’est le 3 août 1931 qu’eurent lieu les débuts de Dina Rachel, et Gaston Rémy nous en a laissé ce souvenir graphique assez pittoresque… Le second a vraiment une position peu catholique ! Elle fait alors partie de la cuadrilla Gérard, et écarte les vaches du ganadero Barrère. En ce premier lundi d’août, alors que les officiels prennent place dans la tribune, « aussitôt retentit la Marseillaise suivie de la marche Cazérienne, et le paséo se déroule, comprenant deux files de quatre hommes qui encadrent Dina Rachel dont les débuts ont été annoncés ». Voici le compte-rendu de sa première prestation devant Confitera, vache réservée aux sauteurs :
« Alors, entre en piste Dina Rachel, présentée, encouragée et soutenue par Gérard ; la nouvelle torera, courageuse jusqu’au bout, attend la bête et puis s’échappe ; Dax reprend pour un quelconque et c’est de nouveau le tour de Dina qui ne fait que recommencer exactement son premier exploit. »
Dans la seconde partie de la course, devant la même Confitera :
« Naturellement, Dina Rachel s’intercale encore en opérant deux fois d’aussi prudente manière ».
Il semble que ces débuts aient aussi constitué une fin pour la carrière de cette courageuse Dina que je n’ai plus retrouvée dans les chroniques coursayres de l’époque. Le caractère éphémère de ce passage devant les coursières explique peut-être aussi son absence dans le Dictionnaire de mon ami Gérard Laborde…