6e étape : le défilé avec alguazil et drapeau

La totale ! Un alguazil, le drapeau et les écarteurs pour ce superbe paséo dans les arènes de Mont-de-Marsan (celles de la place Saint-Jean-d’Août). Le public était venu nombreux et ne l’a certainement pas regretté…

gautreau_1412.jpg

Publicités

6e étape : le défilé avec alguazil

Peut-être dans la lignée des courses hispano-landaises dont nous avons déjà parlé, certains paséos (assez rares cependant) se déroulaient avec un alguazil qui conduisait les écarteurs dans la piste. C’est le cas ici à Bordeaux, dans des arènes du Bouscat.

gautreau_3432.jpg

6e étape : le paseo avec drapeau

Nous avons vu dans des épisodes précédents que le défilé de l’harmonie dans les arènes était souvent accompagné, comme cela est d’ailleurs toujours le cas par exemple à Pomarez, par un porte-drapeau. Eh bien certains des paséos des écarteurs l’étaient également, comme ici, dans les anciennes arènes de Dax, en face de l’actuelle poste, au pied des remparts.

nd_153

 

Nous voici maintenant à Eauze, dans les anciennes arènes. Le drapeau est fièrement arboré en tête de paséo!

poudes_2.jpg

 

De nouveau avec un superbe étendard (grand format) porté devant les écarteurs pour ce « passéau » (transcription à la française…). J’ai identifié ces superbes arènes aux tribunes en bois totalement couvertes comme étant celles de Condom, dans le Lot-et-Garonne, dont nous verrons à l’occasion d’autres images.

fenestra_1.jpg

 

Ici également, à Marciac, le porte-drapeau précède les écarteurs.

adoue_1

 

 

 

Les arènes éphémères de Saint-Jean-de-Luz

Dans son Histoire de la tauromachie à Bayonne, Claude Pelletier évoque les arènes qui auraient été construites à Saint-Jean-de-Luz entre 1910 et 1913. Sans plus de détail. Il publie cependant 1 carte postale (que je vous présente ici) et 1 photo qui auraient pour cadre cette plaza, dont on voit qu’elle était certainement comme nombre d’arènes démontables constituée d’une structure en bois.

au-souvenir_2

On en a peut-être une image plus précise dans cette autre carte du même éditeur où l’on voit les loges  ornées de numéros difficiles à ne pas voir…

au-souvenir_5

Si quelqu’un a d’autres documents sur ces arènes, n’hésitez pas à les scanner et à me les faire passer. Merci d’avance!

La Mecque de la Chalosse et La Mecque de l’Armagnac…

Nous nous sommes posés régulièrement le problème de l’origine de cette appellation de « Mecque de la course landaise » qui honore Pomarez. Mais l’affaire se complique, car je viens de trouver un second village qui revendique ce titre, celui de Cazaubon dans le Gers.
On lit en effet dans La Course landaise,  7e a., n° 26 (3 septembre 1911) :
« C’est qu’ils sont légion, ici, les véritables connaisseurs, les purs aficionados. Pomarez s’est arrogé le titre pompeux de « Mecque de la Tauromachie ». C’est à tort. A l’occasion des fêtes, on y ferait courir des chèvres que les arènes seraient combles. A Cazaubon, on ne ferait pas 400 francs de recette avec un troupeau de bas étage. Et c’est pourquoi Cazaubon a été et restera la première plaza de l’Armagnac, la véritable « Mecque de la Tauromachie ». » Les Pomaréziens apprécieront!!!

baron-tapie_1

jeudi 07 mai 2015 19:05 , dans Documents

Une tumade à Mézin (Lot-et-Garonne) en 1894….

 

tumade_remy

A l’aube d’une saison qui, malheureusement, verra encore quelques tumades chez nos écarteurs, voici le souvenir de celle qu’un amateur reçut, sans gravité d’ailleurs, à la place d’acteurs un peu frileux à son goût… Ce fut l’un des premiers espontaneos de nos arènes gasconnes! Merci encore à l’ami Christian Capdegelle, grand chasseur de comptes-rendus coursayres.

« Mézin.Tauromachie. – Lundi dernier, un amateur de tauromachie, honorable négociant mézinais, M. L. L… assistait aux courses landaises. Comme les écarteurs s’écartaient un peu trop d’une vache qui ne leur inspirait pas grande confiance, M. L… descendit dans l’arène et provoqua l’animal. La vache fondit sur l’amateur et d’un coup de tête le rejeta à plusieurs mètres, sans blessures sérieuses, d’ailleurs. On a fait une ovation au courageux amateur. »
L’Express du Midi, 29 septembre 1894.