Les fêtes de la Madeleine vues par un Arcachonnais… en 1890

affiche_mdm

C’est grâce au travail de bénédictine de Camille, ma fille, que je peux vous proposer aujourd’hui cette pittoresque narration tirée de L’Avenir d’Arcachon (n° du 27 juillet 1890).
« Excursions et Fêtes – Fêtes de Mont-de-Marsan – Mon cher Rédacteur, J’arrive de Mont-de-Marsan où j’ai passé les trois jours de fêtes que les Montois organisent chaque année à l’époque de la Ste Madeleine leur patronne. […] Ayant une heure à disposer avant l’ouverture des courses de Taureaux, annoncées à grand bruit, et attendues avec une égale impatience par tous, j’en profitai pour parcourir la ville. […] Je suis attiré souvent par la vue de constructions pour la plupart récentes — La caserne du 34me régiment d’infanterie, le lycée que je connaissais déjà par de brillants succès, l’École normale des institutrices, l’école des jeunes filles, l’école des garçons en construction, et par les arènes vers lesquelles je dois me diriger l’heure est bien passée. J’entre un peu en retard, les hourras retentissent déjà de tous cotés. Les toréadors couverts d’or et d’argent étincelants de pierreries, sont aux prises avec un taureau qui écume de rage. Les tribunes sont au grand complet, les banquettes pleines de spectateurs enthousiastes, nous avons pris les 2 dernières places mon excellent ami et ciceronne [sic], M. Adolphe L. et moi. Dans la tribune d’honneur, je remarque M. le Préfet des Landes, la poitrine constellée de décorations ; M. le Maire de la ville, de vieux officiers tout dorés de galons, et à côté d’eux, et beaucoup plus beaux qu’eux, des groupes de dames dans leurs plus riches toilettes produisant çà et là l’aspect de nombreux et vivants bouquets de fleurs choisies. On se croirait transporté dans un des beaux amphithéâtres des Champs Élysées. L’œil est ravi. Je ne me lasse pas d’admirer. Dans l’arène, les luttes continuent, les écarteurs rivalisent d’adresse, les malheureux jouent leur vie cent fois, pour quelques pièces de cent sous. Pour ma part, je préférerais me trouver dans un train qui déraillerait lancé à toute vitesse. Et je suis là depuis 2 heures. Je commence à reconnaître que je ne suis pas sur un divan moelleux. Je m’étais promis de ne rien critiquer ; car j’ai appris depuis longtemps que la critique était souvent plus facile que justifiée. Je ne puis m’empêcher cependant de reconnaître que l’architecte des arènes a eu le tort d’oublier que le 19e siècle s’accommode peu de la rudesse des mœurs de nos ancêtres et que si les arènes de Nîmes et d’Arles sont en granit, les Montois surtout, du moins leurs invités, ne seraient pas fâchés d’y trouver dans les leurs un peu de velours. — Mais je suis sans rancune, et je reste assis encore 3 heures jusqu’à la fin, toujours dans une égale admiration. Vers six heures le clairon annonce la fin, les portes s’ouvrent, et des torrents humains s’écoulent par les différentes ouvertures. […] Le lundi même régal que la veille mais avec un peu de lassitude, semblait-il, surtout du côté des spectateurs.
Le mardi, toute la banlieue vient grossir la foule de la veille ; […] Aussi que de monde dans les arènes, quel bruit, quel tumulte, quels transports, que de sifflets, que de bravos, quelle bonne journée pour les vrais amateurs, si on avait su effacer du programme cette fameuse (surprise) annoncée sur toutes les affiches, je veux parler de la mort de cette pauvre bête assassinée si misérablement.

finis nos coronat opus [la fin couronne l’œuvre]

Les fêtes de la Madeleine en 1884

affiche_mdm.jpg

Le jour de l’ouverture des fêtes de la Madeleine 2017, je ne pouvais que vous montrer cette superbe affiche de 1884. C’est une lithographie qui fait partie des collections de la Bibliothèque nationale de France [ENTDN-1(CHERET,Jules/99)-ROULEAU] et elle est l’œuvre du célèbre illustrateur Jules Chéret. On y voit qu’à l’époque où la loi Gramont sévissait et où les mises à mort étaient interdites, on proposait au public des courses « hispano-portugaises » et landaises

Les premières vaches landaises connues (avant 1850)

cel_vache_2.jpg

Au lendemain de l’attribution d’une nouvelle Corne d’Or à Ibiza, un petit retour dans le temps s’imposait… On connaît bien sûr moins bien les vaches qui participaient à notre spectacle landais avant 1850, c’est-à-dire avant les années où le bétail espagnol s’imposa dans nos ganaderias. Voici cependant le nom de certaines d’entre elles, avec celui de leurs propriétaires (source : Almanach de la Course landaise pour 1911) :

Cornette Darieutort
Prisonnière Prisonnier
Comtesse Général Lamarque
Maynusse Général Lamarque
Marrasse Marrast
Bonté Labonté
Nerbis Passet

On voit que les noms de ces vaches avaient encore une consonance gasconne et qu’ils faisaient souvent référence à leur propriétaire. A l’époque, Ibiza se serait certainement appelée la « Deyrisse »…

Arènes : Nogaro (Gers)

Nous avons vécu vendredi la 58e Corne d’Or, dans les superbes arènes qui ont pris le nom de l’un des grands hommes de l’histoire de la course landaise: Robert Castagnon. Mais ces arènes n’ont pas toujours existé telles qu’on les voir aujourd’hui. Voici une image des anciennes arènes de Nogaro d’il y a un plus d’un siècle. On y voit que les barriques tenaient alors le rôle des coursières… et que les enfants au premier plan pouvaient s’entraîner sans problème sur la piste déjà bordée d’arbres ! Il n’y avait alors que des tribunes et loges fixes, et la piste n’était délimitée que par des barrières de bois.

ar_nogaro_3.jpg

Une autre image nous montre un deuxième état, plus élaboré déjà…

ar_nogaro_2.jpg

Des gradins en bois ont fait leur apparition, ainsi que deux superbes pavillons d’angle, dont l’un (celui de gauche certainement) était réservé à l’harmonie.

En voici une autre vue, plus large et colorisée cette fois-ci:

ar_nogaro_1.jpg

Autre étape, et pas des moindres : la construction en dur, dont voici deux images. La première nous montre l’ancienne porte du paseo, qui porte la date de cette nouvelle construction: « 1929 » et l’autre une vue aérienne à l’époque où ces arènes côtoyaient des vignes et des champs…

ar_nogaro_5.jpg

ar_nogaro_4.jpg

Et enfin, quelques photos récentes prises par votre serviteur :

20141005_142639.jpg

20170708_113549.jpg