Les courses landaises à Paris en 1857 (suite)

dessin_ptt.jpg

Je vous ai déjà parlé de ces courses parisiennes parmi les plus anciennes de la capitale (https://wordpress.com/post/patrimoinecourselandaise.org/180 ). Je viens d’en trouver un compte-rendu particulièrement intéressant, car il nous fournit non seulement les noms des écarteurs qui y participèrent, dont le grand Jean Chicoy, mais aussi celui des vaches qui les accompagnaient, dont on voit qu’ils n’avaient pas encore subi d’hispanisation et qu’elles étaient encore de cette race indigène presque disparue aujourd’hui… Il est l’œuvre de Gustave Chadeuil, qui l’inclut dans sa « Revue musicale », parue dans Le Siècle du 24 septembre 1857.

« Voici les exercices dans toute leur simplicité :
Les musiciens commencent à faire mugir leurs instruments. Puis, quand l’orchestre est lancé dans sa course à fond de train, on ouvre les barrières.
Attention ! voici venir M. Jean Chicoy, dont la casaque est grenat. Le valeureux champion provoque une vache, Tartarine, dont les cornes sont effilées comme un poinçon. Tartarine se fâche des tracasseries que lui fait subir M. Chicoy. Elle se ramasse et piétine, la tête inclinée ; puis, elle s’élance contre son ennemi, dans l’intention manifeste de le traverser de part en part. Celui-ci fait un prompt écart et se remet à tourmenter son adversaire. Nouvelle attaque, nouvel écart.
Après bien des ruses de part et d’autre, on finit par s’aborder de front. Mais quand Tartarine bondit pour transpercer M. Chicoy, ce dernier, plus agile cent fois qu’un écureuil, franchit la vache d’une enjambée, et ses cornes transpercent le vide.
Des faits analogues s’accomplissent entre :
Lauréate et M. Duprat, casaque jaune
– Souris et M. Cizos, casaque noire
– Cornette et M. Duvigneau, casaque cerise
– Charmante et M. Camiade, casaque verte
Rosalie et M. Maumane [= Momas], casaque bleue.
Ces jouteurs sont adroits comme des Andalous, et ces vaches impétueuses comme des taureaux. »

Et le journaliste ajoute plus loin : « Quand on n’est pas Espagnol, ces exercices peuvent amuser : ils font diversion aux habitudes de l’Hippodrome. Après la grande chasse anglaise, la course par des jockeys, le diable à quatre, les juives d’Athènes, les folies équestres et les joyeuses bouffonneries des clowns, on s’intéressera aux allures vives de ces petites landaises, dont les mutineries sont sans grand danger. On ira les voir. Il en est une surtout, Souris, je crois, dont la couleur est ravissante. Avec sa petite taille et ses formes irréprochables, elle produit l’effet d’une charmante réduction. »

L’œuvre historique de Michel Le Grand, archiviste des Landes

legrand.jpg

C’est en 1934, sur les presses des Editions Jean-Lacoste de Mont-de-Marsan, que celui qui est alors archiviste des Landes publie la première véritable étude historique sur les pratiques tauromachiques anciennes de notre région : Les courses de taureaux dans le Sud-Ouest de la France jusqu’au début du XIXe siècle, avec pour sous-titre : « Etude historique et documents ».

Travaillant dans les quatre dépôts d’archives des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, de la Gironde et du Gers, ainsi que dans bon nombre d’archives municipales de la région, il a collecté et transcrit de nombreux documents originaux et inédits sur les traditions taurines de l’Aquitaine.

En 1938, il compléta ses recherches par ce qu’il considère comme un appendice à son ouvrage, qu’il publia dans le Bulletin de la Société de Borda, p. 1-19, sous le titre : « Nouveaux documents sur les courses dans le Sud-Ouest jusqu’au XIXe siècle ».