Un plaidoyer toujours d’actualité ?

baron-tapie_1.jpg

Il est parfois bon de relire les auteurs anciens… Voici ce qu’écrivait Prosper Séris dès 1889 dans son Etude sur les courses de taureaux :

« Le but que doivent poursuivre aujourd’hui les organisateurs de toute course landaise, c’est de donner à ces courses plus de décorum par la tenue sévère des arènes, par la correction et l’observation des règles dans le travail, parfois un peu fantaisiste, de certains écarteurs. »

Et il pointait entre autres une pratique contre laquelle on a essayé (avec un certain succès il faut quand même le dire) de réagir depuis une vingtaine d’années et qui était une plaie à une certaine époque :
« Trop souvent nous voyons le refuge garni de spectateurs ou d’amateurs, bruyants et empressés, semblant donner des conseils ou des encouragements aux écarteurs qui n’en ont pas besoin. Excès de zèle, mes amis ! Vous accaparez l’écarteur qui n’appartient qu’à la course, au moment où il pourrait, peut-être, se produire utilement ; votre présence donne lieu, parfois, à des discussions passionnées qui nuisent au spectacle.
Place nette, voilà la règle. Il faut que l’écarteur pressé de franchir la talenquère jouisse de sa liberté entière d’action. On ne doit tolérer dans les couloirs que les personnes strictement de service. »

Qu’on se le dise !

En fait, dans les cartes postales anciennes, il est assez rare que nous voyions beaucoup de monde dans la contre-piste, sauf peut-être à Cazaubon où le canotier semble fleurir… Mais peut-être que Prosper avait été écouté !

Publicités

1831 : naissance de la feinte

dessin

Lorsque l’on évoque les grandes dates de la course landaise, il en est une qui est devenue incontournable. C’est celle de mai 1831, qui vit l’aîné des frères Darracq pratiquer dans les arènes de Laurède, et pour la première fois, ce qui allait devenir l’une des deux grandes figures de la course landaise : la feinte. Il y eut cependant deux théories quant à « l’invention » de cette figure.

La première, défendue par Dufourcet et Camiade, affirmait que les anciens écarteurs, antérieurs à Darracq, connaissaient déjà la feinte, et qu’elle était tout simplement l’équivalent du quiebro des matadors espagnols.

La seconde, qui prévalut, était soutenue par Séris et Clic-Clac. Pour eux, avant 1831, on ne faisait que planter des lances et surtout réaliser le « paré » : « Ce jeu qui n’était pas à la portée de tous les muscles, consistait à attendre la bête lancée à toute vitesse, à lui poser les mains sur le frontal et à détourner vivement sa tête en effaçant son corps » (Clic-Clac). Dans la feinte, au contraire, « le Landais attend de pied ferme l’arrivée de la vache, il feint de tomber d’un côté pour attirer la bête, et puis (…) il se relève brusquement, laissant le passage libre à l’animal » (id.). Et le revistero de conclure, dans un élan tout patriotique : « Feindre, c’est tromper ; on n’a donc nul besoin d’aller en Espagne chercher les moyens de feindre, surtout lorsque la peau est en jeu. Oui, la feinte tauromachique est vraiment française et les frères Darracq en sont les vrais inventeurs ».

Voici le récit que Prosper Séris fait de l’invention de la feinte par les frères Darracq. On y lit en particulier le rôle que Montfort-en-Chalosse (soyons un peu chauvin…) tint dans cette affaire. Nous avons laissé en italique les mots qui l’étaient dans l’édition originale.
« C’est à Laurède, près de Montfort, que la feinte fut inaugurée, en 1831, par deux écarteurs renommés : les frères Darracq. L’aîné des deux frères la pratiqua, pour la première fois, dans une course du mois de mai donnée avec le bétail de Lancien de Tilh. Les Montfortois qui, de tout temps, ont été particulièrement passionnés pour les courses, se rendirent en foule à Laurède et, comme les amateurs de cette commune, ils furent enthousiasmés de cette nouvelle manière d’écarter les taureaux.
La fête de Montfort ayant lieu quelques jours après, les Montfortois organisèrent de grandes courses, où se donnèrent rendez-vous tous les aficionados de la contrée, tous les écarteurs du département. Ces courses furent admirables et c’est sur la place de Montfort que la feinte, créée par Darracq aîné, reçut sa consécration officielle. »

Xavier de Cardaillac, de son côté, écrivait en parlant du célèbre Jean Chicoy : « S’il n’est pas, comme beaucoup le croient, le créateur de la feinte, il l’a perfectionnée, et personne avant et après lui ne pratiqua aussi bien cette variété de l’écart. Dans l’écart ordinaire l’homme se fend vers le côté où il veut faire passer la vache et, redressé, il pivote ensuite en avant, les reins creusés, sur le pied qui doit rester en place ; dans la feinte, en même temps que la jambe se fend, le buste se ploie ; ce mouvement compliqué rejette l’animal plus loin encore, mais dans cette double oscillation du torse l’homme prend plus de peine et perd plus de temps. » (Propos gascons, 1899, p. 126)

La maison Labouche, de Toulouse, qui a réalisé une série de 10 cartes sur les courses landaises, en a édité une particulièrement « pédagogique » sur ce sujet. Le commentaire s’adresse à certains « amateurs landais » qui ont dû disparaître maintenant… : « Un joli écart feinté. Beaucoup d’amateurs landais confondent l’écart et la feinte. Naturellement pour effectuer l’écart il faut faire la feinte qui appelle l’écart ». CQFD !

labouche_06.jpg

Sur cette autre image due au grand éditeur landais Bernède, on voit bien Maxime déporter carrément tout son corps, mais surtout sa jambe gauche, vers l’intérieur, afin de réaliser certainement un bel écart extérieur.

bernede_04.jpg

Don Tancredo !

tancredo.jpg

Certaines de nos courses landaises anciennes comportaient souvent comme intermède la présence d’un « Don Tancredo ».
Le Don Tancredo, ou la suerte de Don Tancredo était un jeu taurin qui connut un engouement certain dans la 1e moitié du 20e siècle. L’individu qui faisait le Don Tancredo, monté sur un piédestal situé au centre de la piste attendait le taureau à la sortie du toril. L’exécutant portait généralement des vêtements anciens ou comiques, et était vêtu et barbouillé complètement en blanc. Le jeu consistait à rester immobile, car l’on affirmait qu’en tel cas, le taureau croyait que la figure blanche était du marbre, et qu’il ne l’attaquait pas, convaincu de sa dureté.
Il semble bien qu’un torero espagnol peu fortuné, originaire de Valence, ayant pour nom Tancredo López, soit à l’origine de ce type de spectacle, et qu’il ait commencé à le faire comme un moyen désespéré de gagner de l’argent. Il le réalisa pour la première fois en Espagne en 1899. Le public fit un accueil enthousiaste à cette pratique, qui se développa peu à peu. Dans les années 1900, Tancredo López la présenta dans de nombreuses arènes françaises et espagnoles et fut surnommé « El rey del valor » (le roi du courage »). On le qualifia également d’ « hypnotiseur de toros » et les premières affiches annonçaient même pour chacune de ses actuations une « gran sesión de hipnotismo ».
Le Tancredo était souvent interprété par des personnes désespérées à la recherche d’argent facile et ayant peu à perdre, car les accidents étaient fréquents. C’est la raison pour laquelle les autorités l’interdirent progressivement, et les dernières représentations se déroulèrent vers le milieu du 20e siècle.
Picasso a représenté cette suerte en mai 1957 : c’est l’une des illustrations qu’il réalisa pour sa Tauromaquia, qui paraîtra en 1959.

ND_65.jpg

gautreau_894.jpg

Voici deux représentations de cet intermède comique photographié lors d’une course landaise dans les anciennes arènes en bois de la Place Saint-Roch, à Mont-de-Marsan. Il semble que dans ce cas, l’homme-statue immobile n’intéressait absolument pas la vache.

fleutiaux_gab_2.jpg

Un autre Don Tancredo, mais cette fois qualifié d’amateur, a été immortalisé dans les anciennes arènes en bois de Gabarret. Ici,  le face à face entre l’homme et la bête ressemble plutôt à un défi réciproque.

Si l’on regarde bien certaines cartes postales de paséos, on aperçoit parfois un mystérieux homme en blanc au milieu des écarteurs. Si l’on zoome sur lui, l’on découvre qu’il s’agit bel et bien d’un Don Tancredo dans sa plus belle candeur. Seule sa moustache n’a pas été blanchie…

dupouy-har_3.jpg

tancr_mugron_det

Cette suerte n’était pas de tout repos ! On en voit ici une version peu orthodoxe, où le Don Tancredo semble attendre la vache non pas debout tel une statue de marbre, mais assis sur son socle. Difficile pour lui d’hypnotiser la coursière dans cette position… Et le photographe a pu immortaliser l’instant fugitif immédiatement préalable à une rencontre frontale inévitable ! La scène se passait encore dans les nouvelles arènes de Mugron, où se produisait régulièrement l’un des rois de cet intermède, Bamboula, et où l’on semblait goûter fort ce genre d’exercice…

dupouy-har_2.jpg

Après Mugron, nous voici à Marciac, où Don Tancredo a particulièrement intéressé le photographe jusqu’à une sévère tumade…

laignoux-lib-edit_80bis

laignoux-lib-edit_80.jpg

laignoux-lib-edit_81.jpg

Une autre carte, assez rare, nous permet de découvrir d’une part les anciennes arènes en bois de Vic-Fezensac, et de l’autre une version très originale de la suerte de Don Tancredo. Contrairement à la tradition, « l’homme statue » n’est en effet pas costumé et grimé de blanc, mais il est vêtu d’un habit de torero. Il est vrai que nous étions là dans le cadre d’une corrida, et ce devait être tout simplement un des peones de la cuadrilla qui jouait à l’occasion ce rôle.

tapie_vic_2.jpg

Les Landes ne sont pas en reste. Nous avons déjà vu que Mugron goûtait ce type d’intermède. Voici une nouvelle image qui nous transporte les anciennes arènes d’Hagetmau. L’homme-statue est ici debout sur une chaise, mais la vache semble n’avoir d’yeux que pour l’écarteur qui la distrait près des barrières…

som_hag_tancr.jpg

L’une des vedettes de cette suerte était le dénommé Bamboula (François Garcia, dit), dont il nous reste un portrait saisi sur la piste.

lcba_2

Si ce personnage qui meublait régulièrement les intermèdes des courses était généralement, comme on le voit, un fort gaillard, on en a connu une version féminine ! Voici la courageuse et souriante « Mlle Geneviève » qui accompagnait son matador de compagnon au nom assez étonnant de « Henriquès Rodès », dit Roderito. Ce dernier faisait d’ailleurs également « l’homme-statue » : j’ai retrouvé dans une gazette suisse (!!!) le compte-rendu d’une corrida donnée dans les arènes d’Avignon le 27 septembre 1908 au cours de laquelle  « Rodès Roderito » fut renversé de son piédestal et reçut plusieurs coups de corne au bas-ventre, blessures qui, heureusement, ne paraissaient pas mortelles…

tancr_femme

J’ai même trouvé une deuxième Doña Tancreda ! Cette « statue vivante », qui ma foi est face à une bête respectable et qui ne semble pas emboulée, a pour nom d’artiste « La reina del valor ». Et il lui en fallait certainement du courage pour affronter seule en piste et sans défense ce redoutable adversaire ! Je n’ai pas encore pu identifier cette reine, et peut-être d’ailleurs s’agit-il tout simplement de la charmante Mme Geneviève dont je viens de vous parler. Toujours est-il que cet intermède était donné lors d’une course dans des arènes qui ont disparu depuis longtemps et dans une ville qu’on a aujourd’hui du mal à considérer comme taurine, puisqu’il s’agit de Roubaix, dans le Nord. Et pourtant cette cité industrielle connut dès la fin du 19e siècle et jusqu’en 1914 plusieurs corridas dans son « torodrome » où les plus grands matadors se produisirent alors.

tancr_reina

Et une dernière pour la route… La profusion de ces images marque bien d’ailleurs l’engouement qu’il y avait pour cette suerte à l’époque. En fait, la légende de cette carte ne mentionne pas spécifiquement Don Tancredo, mais dans le « corps à corps » qu’elle y représente, on voit bien qu’il s’agit de notre Tancrède avec son costume blanc. Le lieu est inhabituel, puisque Montereau est une charmante commune du Loiret qui n’est pas vraiment réputée pour sa tradition tauromachique. Mais comme Montceau-les-Mines, Nantes, Roubaix ou encore Reims, elle fait partie de ces plazas qui accueillirent à l’occasion des courses hispano-landaises (ou même de véritables corridas) avant 1914. On voit d’ailleurs, dans l’angle droit, les acteurs portant le costume particulier de ce type de courses.

tancr_montereau.jpg

 

Le saut à la barre ou à la garrocha

Ce type de saut, repris il y a quelques années par Nicolas Vergonzeanne, ne s’exécutait généralement que dans les courses hispano-landaises ou provençalo-landaises.

Voici ce qu’en dit Clic-Clac en 1905 :
« Ce saut d’essence provençale est pour ainsi dire délaissé de nos jours ; c’est à peine si nous avons vu un jeune Montois du nom de Roufian essayer de l’importer sur nos arènes, sans grand succès d’ailleurs.
Il consistait, comme dans le saut à la course, à partir à la rencontre de la vache, une barre de 2m.50 aux mains ; dès que la bête était à une distance voulue et calculée, l’homme posait un bout de la barre sur terre et s’élevait sur la force des poignets pour livrer passage à l’animal. Au moment exact du passage de la bête sous lui, il lâchait la barre qui bien souvent était projetée au loin par un coup de tête du fauve.
Les Provençaux sont très adroits dans cet exercice. Comme pour le saut à répétition, ils se mettent quelquefois deux et trois à la suite les uns des autres. L’aficionado landais n’est guère friand de cet exercice ; c’est peut-être parce qu’il le connaît fort peu. Car on voit souvent des bonds prodigieux. »

Pour confirmer les dires de Clic-Clac, voici le dessin des sauts exécutés par la cuadrilla provençale du Pouly lors des Fêtes du Soleil en 1887 (Le Monde illustré).

saut_garrocha2

En fait, loin d’être d’origine provençale comme l’écrit le célèbre revistero Clic-Clac, le saut à la garrocha faisait partie dès le 18e siècle des jeux de l’arène espagnols. Goya en donne d’ailleurs une représentation dans sa Tauromachie. Et voici celle publiée à l’appui de l’étude de Dufourcet et Camiade sur les courses de taureaux dans le Bulletin de la Société de Borda en 1891.

saut_garrocha

On en trouve une version originale sur un superbe plat conservé dans les collections du Musée de la Faïence de Sarreguemines (Moselle). Il fait partie d’une série consacrée à la tauromachie et porte comme titre : « Le saut à la perche ».

sarreguemines_musee

Les (anciennes) arènes de Soustons ont connu plusieurs courses hispano-landaises ou hispano-provençales, dont je vous montrerai au fur et à mesure plusieurs images. Sur celle que je vous présente aujourd’hui, on voit ce fameux saut à la garrocha qui était devenu l’une des figures classiques de ce type de course.

rf_3.jpg

Voici une autre plaza qui connut des courses « provençales », celle de Marciac dans le Gers. Cette carte écrite en 1903 montre le saut à la garrocha réalisé par l’un des membres de la fameuse cuadrilla dirigée par Alphonse Bayard.

laignoux-edit_36

Très intéressante aussi, cette image publicitaire de la « Chicorée Daniel Voelcker-Coumes » à Bayon (Meurthe-et-Moselle) : comme quoi, nos « vieilles coutumes » de Gascogne étaient même connues des Lorrains vers 1900 !

saut_garrocha3.jpg

Voici une autreimage publicitaire sur les « courses de taureaux landaises », qui fait partie de la très riche collection du Chocolat Guérin-Boutron. Ici encore, c’est le saut à la perche ou à la garrocha qui est représenté, avec une autre suerte qui était celle de la chaise. On remarque que le taureau est emboulé et qu’il présente des cocardes un peu partout sur le corps…
Le texte qui accompagne ce dessin, quant à lui, ne devait pas déplaire à la Société protectrice des animaux : « Les courses de taureaux données dans les Landes diffèrent des courses espagnoles en ce qu’elles sont plutôt un jeu qu’un combat. Ici, point de chevaux éventrés, ni de taureaux tués. Ces courses ne sont qu’adresse et agilité »…

saut_garrocha4

Grâce à l’ami Patrick Capdegelle, homme d’aficion et de passion, voici maintenant une belle image d’un sauteur landais exécutant le fameux saut à la garrocha dans les arènes de Toulouse aux alentours des années 1890 semble-t-il. Il s’agissait bien sûr d’une course hispano-landaise, très à la mode à cette époque. Et le béret ne bouge pas, hilh de pute!

saut_garrocha5.jpg

Trouvée récemment, cette dernière carte nous prouve que le salto de la garrocha s’est également perpétué dans la course camarguaise. Réalisée par le grand photographe arlésien George, elle représente Granito II sautant le « Set-Mouraou » de Baroncelli dans les arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer.

saut_garrocha6.jpg