Les courses landaises à Paris en 1857 (suite)

dessin_ptt.jpg

Je vous ai déjà parlé de ces courses parisiennes parmi les plus anciennes de la capitale (https://wordpress.com/post/patrimoinecourselandaise.org/180 ). Je viens d’en trouver un compte-rendu particulièrement intéressant, car il nous fournit non seulement les noms des écarteurs qui y participèrent, dont le grand Jean Chicoy, mais aussi celui des vaches qui les accompagnaient, dont on voit qu’ils n’avaient pas encore subi d’hispanisation et qu’elles étaient encore de cette race indigène presque disparue aujourd’hui… Il est l’œuvre de Gustave Chadeuil, qui l’inclut dans sa « Revue musicale », parue dans Le Siècle du 24 septembre 1857.

« Voici les exercices dans toute leur simplicité :
Les musiciens commencent à faire mugir leurs instruments. Puis, quand l’orchestre est lancé dans sa course à fond de train, on ouvre les barrières.
Attention ! voici venir M. Jean Chicoy, dont la casaque est grenat. Le valeureux champion provoque une vache, Tartarine, dont les cornes sont effilées comme un poinçon. Tartarine se fâche des tracasseries que lui fait subir M. Chicoy. Elle se ramasse et piétine, la tête inclinée ; puis, elle s’élance contre son ennemi, dans l’intention manifeste de le traverser de part en part. Celui-ci fait un prompt écart et se remet à tourmenter son adversaire. Nouvelle attaque, nouvel écart.
Après bien des ruses de part et d’autre, on finit par s’aborder de front. Mais quand Tartarine bondit pour transpercer M. Chicoy, ce dernier, plus agile cent fois qu’un écureuil, franchit la vache d’une enjambée, et ses cornes transpercent le vide.
Des faits analogues s’accomplissent entre :
Lauréate et M. Duprat, casaque jaune
– Souris et M. Cizos, casaque noire
– Cornette et M. Duvigneau, casaque cerise
– Charmante et M. Camiade, casaque verte
Rosalie et M. Maumane [= Momas], casaque bleue.
Ces jouteurs sont adroits comme des Andalous, et ces vaches impétueuses comme des taureaux. »

Et le journaliste ajoute plus loin : « Quand on n’est pas Espagnol, ces exercices peuvent amuser : ils font diversion aux habitudes de l’Hippodrome. Après la grande chasse anglaise, la course par des jockeys, le diable à quatre, les juives d’Athènes, les folies équestres et les joyeuses bouffonneries des clowns, on s’intéressera aux allures vives de ces petites landaises, dont les mutineries sont sans grand danger. On ira les voir. Il en est une surtout, Souris, je crois, dont la couleur est ravissante. Avec sa petite taille et ses formes irréprochables, elle produit l’effet d’une charmante réduction. »

Publicités

A Vic-Fezensac en 1841 : mais que fait la police ?

journal_det

On peut lire dans le Journal de Toulouse du 1er octobre 1841 cette brève :

« Dimanche 26 [septembre], jour de la fête patronale à Vic-Fezensac, une course de taureaux avait été préparée pour le divertissement de la population indigène et des invités. La disposition du cirque, calquée sur les cirques antiques, était celle-ci : loges au rez-de-chaussée pour les taureaux ; galeries au-dessus pour les spectateurs.

Or pendant que le public battait des mains et que le taureau remplissait son rôle avec succès, les galeries supérieures se sont écroulées, et les spectateurs sont tombés dans les fosses des animaux.

La réalité sanglante aurait probablement succédé à l’innocente fiction, si les fosses n’eussent été vides. Heureusement les taureaux étaient absents, ce qui fait qu’il n’y a eu que quelques contusions à déplorer.

On nous assure qu’il y a aussi à Vic un commissaire de police ; il aurait bien dû s’assurer de la solidité des échafaudages. »

Au Houga en 1860 : « show must go on ! »…

journal_det

Voici ce que rapporte le Courrier du Gers dans son numéro du 19-20 juillet 1860.

« Dimanche dernier, jour de fête locale au Houga, la course de taureaux a été troublée par une catastrophe terrible. Tous les habitants de cette petite ville étaient réunis sur les théâtres disposés pour les spectateurs, lorsque le nommé Lacouture, un des teneurs de corde les plus distingués du pays, tombe au milieu de l’arène frappé d’une attaque d’apoplexie foudroyante. Des cris sinistres se font entendre ; la foule épouvantée évacue les théâtres et la course de taureaux n’a pu être reprise que le lendemain lundi. »

C’est malheureusement la seule mention que nous ayons pu trouver (et Gérard Laborde également) de la biographie de ce cordier.

Quand les arènes de Mont-de-Marsan servaient de prison…

Le_Miroir_1914-11-15

C’était un 15 novembre et nous étions en 1914. Les premiers combats avaient déjà été meurtriers, mais nous n’étions pas encore entrés véritablement dans la guerre de tranchées. Des centaines de soldats avaient été faits prisonniers, et dans les deux camps.
Du côté français, il fallait d’une part les éloigner le plus du front et d’autre part les surveiller étroitement. Mais avant que l’on organise les choses, que l’on construise des camps ou que l’on trouve des baraquements adéquats, l’on dut parer au plus pressé. Ce fut le cas à Mont-de-Marsan, où plusieurs cartes postales de l’époque nous montrent ces prisonniers allemands parqués sous bonne garde dans les arènes désormais vides de tout spectacle taurin.
Le grand périodique illustré de l’époque, Le Miroir, s’en fait l’écho (un écho patriotique bien sûr) dans son numéro du 15 novembre 1914. Voici cette image, une image d’histoire, une histoire qu’on ne voudrait plus connaître…

Et voici quelques-unes des cartes postales dont je vous ai parlé et qui montrent un peu du quotidien de ces soldats qui passèrent la guerre à l’arrière et furent employés à des travaux d’intérêt général. Certaines existent avec le même cliché recadré plus serré.

mdm_prisonniers_4

mdm_prisonniers_1

mdm_prisonniers_2.jpg

mdm_prisonniers_3.jpg

mdm_prisonniers_5.jpg

 

1893 : 10 écarteurs à l’exposition universelle de Chicago !!!

On lit dans L’Express du Midi du 24 avril 1893 :
« Mont-de-Marsan. Nos coureurs landais à Chicago. – Des pourparlers sont, paraît-il, engagés entre un impresario américain et nos écarteurs landais ; il ne s’agirait de rien moins que d’organiser à Chicago des courses qui ne seraient certainement pas l’une des moindres attractions de l’exposition qui va s’ouvrir dans cette ville. Dix écarteurs landais seraient engagés pour deux mois, au cas où les négociations aboutiraient. Paris a, en 1889, fait un chaleureux accueil à Buffalo-Bill et à ses Indiens ; nul doute que les Américains ne réservent à nos compatriotes une réception aussi enthousiaste. »

Malheureusement semble-t-il, ces négociations n’aboutirent pas et les Indiens de nos Landes ne purent pas initier les Américains à notre sport gascon. C’est bien dommage, car cette exposition universelle accueillit en 6 mois 27 millions de visiteurs !!! Le clou en fut le grande roue, la première au monde à être construite, qui mesurait 80 m. de hauteur et pouvait transporter 2 160 personnes (les nacelles comportaient 60 places chacune). Elle avait été conçue pour concurrencer la tour Eiffel… Mais notre tour nationale existe toujours alors que cette roue fut dépecée en 1906…

chicago_1893

Mort pour la France : Robert (Alexis)

alexis-robert.jpg

Le dernier héros de la Grande Guerre que nous avons identifié à ce jour est un ganadero qui venait tout juste, deux ans avant le conflit, de commencer une carrière prometteuse.

Alexis Michel André Robert est né le 25 septembre 1884 à Meilhan. Lors de son recrutement à Mont-de-Marsan en 1904, où il porte le n° 566, il déclare la profession de menuisier.
Rappelé lors de la mobilisation générale du 1er août 1914, il arrive au corps le 3 août et est affecté au 18e escadron du train. Passé au 118e d’artillerie lourde le 31 janvier 1917, puis au 113e régiment d’artillerie lourde le 8 mars 1918 avec le grade de brigadier, il décède à la suite de maladie (peut-être la grippe espagnole) le 2 février 1919 à Metz Lazarette.
Il est inscrit sur le livre d’or de Meilhan et son nom figure sur le monument aux morts de ce village.

Alexis Robert était l’un des principaux ganaderos de l’époque, et voici quelques éléments de sa vie dans le monde de la course landaise.
« En 1912, Alexis Robert de Meilhan rachète le troupeau de Dubecq qui a cessé ses activités et va donner 23 courses avec Despouys, le Montfortois, comme chef de cuadrilla. L’année suivante, Robert aura 30 contrats à honorer et son bétail sera invité avec celui du ganadero parentissois Portalier pour l’inauguration des nouvelles arènes de Dax, le 12 mai. En 1914, Alexis Robert propose les coursières de son troupeau aux organisateurs de courses, alors qu’il y a eu divorce entre ganaderos et écarteurs ; il engagera Martial et l’ancien, Joseph Hains, comme teneurs de corde, au gré des courses à assurer. Puis il se défera de son troupeau avant de disparaître au début de 1919 ; la plupart de ses coursières refouleront le sable des arènes cette année-là, sous les couleurs de Lafitte, le nouveau ganadero d’Eauze. »

Éléments biographiques tirés du Dictionnaire encyclopédique des écarteurs landais de Gérard Laborde (Éditions Gascogne, 2008), p. 487 (avec l’aimable et amicale autorisation de l’auteur)

 

Mort pour la France : Dunoguié (Jean-Baptiste, dit Gustave), dit Beaufort

cel_poilu

Né à Pontonx-sur-l’Adour le 2 février 1879, ce domestique porte le n° 583 au recrutement à Mont-de-Marsan. Il effectue son service militaire normal entre 1900 et 1903, et participe notamment à des campagnes en Algérie en 1902-1903. Il en sort caporal et avec un certificat de bonne conduite.
Rappelé à l’activité en vertu du décret de mobilisation générale du 1er août 1914, il arrive au corps le 4 août 1914, où il est affecté au 141e régiment d’infanterie. Passé au 113e en février 1918, puis au 9e bataillon de tirailleurs marocains en mai suivant, il décède à la suite de blessures par balle le 10 août 1918 à Berny-en-Santerre (Somme).
Il avait déjà été blessé une première fois par éclat d’obus le 31 janvier 1915, et avait eu à cette occasion une citation à l’ordre du régiment : « Excellent gradé très courageux, plein d’allant et de vaillance ; blessé en défendant le saillant de Cambrin le 30 janvier 1915 ; revenu au front quelques jours après ». Il avait été décoré de la croix de guerre. Il est enterré à la nécropole nationale de Montdidier (Somme), tombe n° 82.

Voici quelques éléments sur sa carrière :
« Bon écarteur du début du XXe siècle. Tout jeune, avec la cuadrilla de Joseph Hains, il participe à la course de bienfaisance donnée à Dax, le 17 octobre 1897, au profit des écarteurs Camiade dont la maison a brûlé. […] En 1901, pour les fêtes de la Saint Jean, à Saint-Sever, il empoche le 4e prix devant le redoutable bétail du ganadero Bacarisse, tout comme à Dax, le 12 octobre de l’année suivante. En 1904, alors qu’il est toujours une tête de la cuadrilla du ganadero de Cauna, on le retrouve à l’affiche de diverses places du Midi, dont Béziers, le 17 avil, notamment, avec le ganadero dacquois Passicos. Puis, il signe avec les ganaderos Dubecq et Portalier, en 1906, année où Beaufort obtient quelques bons résultats, notamment à Bayonne, le 17 avril, où, « ayant raisonnablement travaillé », il remporte le deuxième prix de 60F, tout comme celui de Rion-des-Landes. A signaler aussi ses bonnes prestations à Aire-sur-l’Adour, […] à Montfort-en-Chalosse, au Houga ou encore à Soustons. Cette même saison, il sera sélectionné pour participer, le 6 mai, à Mont-de-Marsan, au premier concours de l’histoire, face aux douze meilleures vaches des 3 ganaderos de formelle de l’époque ; et avec un premier prix, 4 deuxièmes prix et 1190F de gains pour 22 courses, Beaufort pointera à la 18e place au classement. L’année suivante, sa dernière, en formelle, il sera l’un des piliers de la cuadrilla Lalanne, toujours en contrat avec le ganadero d’Estibeaux  ».
Éléments biographiques tirés du Dictionnaire encyclopédique des écarteurs landais de Gérard Laborde (Éditions Gascogne, 2008), p. 44 (avec l’aimable et amicale autorisation de l’auteur)