Des courses landaises en 1920… à Lorient

Il y a tout juste 100 ans, au lendemain de la Grande Guerre, la course landaise connaît encore une certaine notoriété hors de nos frontières gasconnes. Témoins ces courses organisées dans la sous-préfecture du Morbihan les 11 et 12 septembre 1920. Grâce à mes anciens collègues archivistes, voici quelques documents qui en ont été conservés.Lorient_1920_couv

Ces courses avaient été organisées dans le cadre (je n’invente pas !) des grandes fêtes de la « Quinzaine du Poisson ». On avait construit une arène sur le champ de manœuvre du Faouëdic, et c’est la ganaderia Nassiet qui avait été choisie pour ces manifestations, avec la cuadrilla Coran. Outre le chef (debout à l’extrême gauche), firent le voyage : Suisse (debout à l’extrême droite), comme sauteur-écarteur, Moreno (assis à gauche), Oscar, Morenito comme écarteurs, et le grand Flam (dit Kroumir) comme teneur de corde (debout, à l’arrière-plan, avec son béret et ses superbes moustaches !). Voici la photo de la cuadrilla Coran au grand complet, offerte par Le Nouvelliste du Morbihan, et où l’on reconnaît également Bras-de-Fer (assis, à droite), qui n’avait pas fait le déplacement.
Le programme, que je vous présente ci-dessous, était particulièrement alléchant et comportait en particulier un intermède d’entracte qui devait permettre aux spectateurs bretons de découvrir la «Grande suerte de Dom Tancredo», exécutée par le «célèbre Lapubie» [pour Lapébie…].Lorient_1920_prog

Ces courses eurent tellement de succès qu’une nouvelle représentation fut donnée 2 jours plus tard, et en nocturne. Voici ce qu’on pouvait lire dans L’Ouest-Eclair du 14 septembre 1920, à course supplémentaire :
« Lorient. Les courses landaises. Ce soir grande représentation populaire. Nous ne pouvons que féliciter le comité des fêtes de l’excellente initiative qu’il a prise d’organiser une représentation populaire des courses landaises à prix réduits. Elle aura lieu ce soir, à 8 heures 30, au champ de manœuvres du Faouédic. Prix des places : tribunes réservées, 5 fr. ; places à 3 francs et à 1 franc.
C’est un spectacle qui mérite d’être vu et qui n’est pas sans danger, puisqu’à la représentation de dimanche après-midi, deux écarteurs ont été blessés, dont l’un très grièvement. C’est le dernier numéro d’une grande attraction de la quinzaine. Il faudra y assister. Dès ce matin, on peut retenir ses places au théâtre municipal.
L’arène sera éclairée à l’électricité.
On peut être assuré qu’à toutes les places, ce spectacle passionnant pourra être vu de tout le monde. Qu’on en profite. »
Grâce à l’amabilité de l’archiviste de Lorient, voici une (rare) image de ces courses de 1920. On y admirera en particulier l’architecture rudimentaire des arènes éphémères et l’on peut également y admirer le succès populaire de cette prestation de nos Landais !

Lorient_1920_photo

 

 

Avis de recherche: Amou ?

Pemartin_Amou_route-de-Nassiet_Nene-Laffitau
Collection Néné Lafittau, Amou

Grâce à l’ami Jean Pémartin, et surtout à la confiance et l’amabilité de Néné Lafittau, je peux vous montrer aujourd’hui ce document assez exceptionnel d’une course de village (ou de quartier) dans l’Entre-deux-guerres semble-t-il. Il n’est pas daté ni vraiment localisé, sinon qu’on pense que cela se passerait du côté d’Amou, et peut-être route de Nassiet… Qui pourrait nous aider à identifier cet endroit où il y avait énormément de monde pour l’occasion ? Merci d’avance aux fins limiers !

Un anniversaire en 2020 : les arènes de Mimizan

ar_mimizan_1

On va fêter cette année le 50e anniversaire des arènes actuelles de Mimizan. Cette carte postale, éditée par les Etablissements Chatagneau à Bordeaux, porte comme légende : « 3065. Mimizan-Plage (40). Les nouvelles arènes servant d’amphithéâtre pour les spectacles en plein air ». Et en effet, ce tout nouveau lieu d’animation fut loin d’être uniquement consacré aux spectacles taurins. Voici ce que l’on trouve sur le site de la Mairie de Mimizan sur l’histoire de ces arènes locales (https://www.ville-mimizan.fr/arenes) :
« Suite au succès des premières courses landaises organisées à la plage dans les années 1950, le Comité des fêtes et du tourisme prend l’initiative de faire construire des arènes en bois et y organise d’autres spectacles : des animations taurines comme les toros-balls, des rencontres de catch avec l’Ange Blanc, et des concerts des grandes vedettes de l’époque, Johnny Hallyday en 1965 ou Isabelle Aubray.
A la fin des années 1960, les structures en bois vieillissent mal et le Conseil municipal décide alors de réaliser de nouvelles arènes au bord du courant, destinées à accueillir tout aussi bien des spectacles taurins que des concerts. Elles seront construites en béton sur le modèle des amphithéâtres antiques. L’édifice de 3 000 places comprend une scène et il était aussi prévu qu’il soit entièrement recouvert par une structure en lamellé-collé et une toiture de schingles. Les arènes sont inaugurées le 28 juin 1970 avec un concert d’Eddy Mitchell et une course formelle du challenge Landes-Béarn.
Aujourd’hui les arènes continuent d’accueillir des manifestations festives variées, principalement durant la saison estivale : courses landaises mixtes, concerts, cinéma de plein-air et spectacles. »

Je rajouterai simplement qu’elles furent conçues par l’architecte dacquois Jean Prunetti, et qu’elles sont construites en béton.

Les courses à Mugron en 1878

Je vous ai déjà parlé des courses qui avaient été organisées à Mugron lors de l’inauguration de la statue de Frédéric Bastiat et de la venue à cette occasion du ministre Léon Say (https://patrimoinecourselandaise.org/2018/02/22/des-courses-a-mugron-en-1878/ ). Voici ce qu’en dit La Petite Gironde du 25 avril 1878 :

« A 4 heures 1/2, le cortège est allé assister à une course landaise dans les arènes de Mugron, car Mugron a des arènes. Pourquoi une course dans le programme d’une fête en l’honneur d’un grand économiste. Nous avons entendu dire par les uns qu’on avait voulu donner au ministre et aux invités étrangers le spectacle d’un curieux divertissement local; par les autres, que c’était toujours en mémoire de Bastiat, lequel, dans sa jeunesse, aurait beaucoup aimé et même pratiqué ce divertissement. Quoi qu’il en soit, la course a été intéressante, et c’était l’essentiel. »

Nous n’avons pas encore retrouvé le comte-rendu détaillé de cette course, mais si cela arrive, nous ne manquerons pas de vous le faire connaître. En attendant voici la gravure représentant le monument élevé sur la place de Mugron, parue dans Le Monde illustré du 4 mai 1878.

bastiat.png