9e étape : la « tumade »

tumade_remy

La course landaise a toujours été, et est encore, un sport dangereux. La confrontation directe, face à face, avec des coursières qui apprennent au fil des courses les subtilités de ce duel tourne régulièrement à l’avantage de ces dernières. Le choc n’est jamais anodin, même si l’homme se relève et repart au combat avec détermination et sans séquelle apparente. Je vous recommande à ce sujet l’article réalisé par le Dr Philippe Ducamp, lui-même ancien champion de France des sauteurs, dans la revue Médecins du Sport en août-septembre 2002. Il n’hésite pas à qualifier la course landaise de « sport le plus traumatique au monde », et dresse une liste impressionnante des types de blessures dont nos acteurs peuvent souffrir.
En voici une belle illustration tirée de la série réalisée par le photographe-éditeur de Morcenx, Ferdinand Bernède.

bernede_06

Autre tumade, photographiée dans les arènes de Bordeaux. On voit au 1er plan le « second » appelant désespérément la vache. Celle-ci a coupé sa trajectoire et pris en plein dos l’écarteur. Ce traumatisme met le rachis en pleine extension et laisse inévitablement des séquelles à la victime.

gautreau_3435

Et encore un vol-plané ! toujours dans les arènes de Bordeaux. Cette image semble être la suite logique de la dernière, lorsque l’écarteur est pris dans le dos et violemment projeté en avant. Il ne lui reste plus, s’il est encore conscient, qu’à se protéger la tête avec ses bras et attendre que ses collègues bloquent la bête…

delboy_139

Si l’on en croit la légende de la carte ci-dessous, l’écarteur aurait réalisé « un dangereux écart » dans ces arènes si particulières de Casteljaloux. Mais si l’on regarde de plus près l’image, on se rend compte qu’il s’agit bien d’une tumade dont il fut victime en essayant de tourner semble-t-il un écart intérieur…

lattie_1

Les gladiateurs landais à Nîmes en 1868

Nimes_1863Une course de taureaux dans les arènes de Nîmes vers 1863

On croit souvent que l’âge d’or des courses landaises commence dans les années 1880, et notamment en raison du grand succès que nos écarteurs obtinrent à Paris entre 1887 et 1891, et de leurs tournées en Provence puis en Italie, en Algérie et en Tunisie. Mais dès le Second Empire, notre sport s’exporte très bien, et notamment en 1857 où nos Landais foulent le sable des arènes de la capitale, de Nîmes et même de Lyon. Ils reviennent dans la préfecture du Gard une décennie plus tard, en 1867, puis l’année suivante, et nous avons retrouvé le souvenir de leur prestation de cette dernière année.
La première course se déroule le 19 avril et voit défiler :
« Joseph Mamousse, médaille plusieurs fois, de Labastide-d’Armagnac ;
Pierre Duffau, qui a eu l’honneur de recevoir les félicitations du Taicoum du Japon ;
Deyris, le terrible sauteur qui fit les courses de l’an dernier ;
Prosper Saint-Calbre, de Pomarès [sic], à l’une des courses duquel Sa Majesté la Reine de toutes les Espagnes a daigné assister ;
Joseph Maragnon, surnommé le « Sans-pareil du Gers » ;
Omer Planté, de Dax, le « Bijou des écarteurs » ».
Les vaches qu’ils vont affronter sont des coursières espagnoles de race Carriquiry, pour lesquelles on fournit au public les renseignements suivants :
« Venant des manades de S. E. don Nazario Carriquiry, grand d’Espagne, seul fournisseur pour les courses royales, honoré des plus hautes récompenses à toutes les expositions pour la beauté hors lignes de ses ganaderias vendus pour les courses des arènes, comme le constatent des certificats signés de l’alcalde de la ville de Tudela et du gouverneur de la province de Navarre. Lesdits certificats ont été traduits de l’espagnol par M. Crouzat, interprète assermenté près l’administration municipale et les tribunaux de Nîmes. »
On donnait même le nom de ces redoutables adversaires : « Trompetta, Morica, Peluquera, Lola, Limona, Mina, Paloma, Calva, Pelegrina, Arbolaria, Machuella, Gabilana ».

15 jours plus tard, nos compatriotes étaient toujours dans la cité gardoise pour un « triple spectacle : dernière et brillante course de vaches espagnoles », auquel les dames étaient conviées à assister à moitié-prix. Les douze coursières étaient les mêmes que celles que nous venons de citer, et voici le texte qui accompagnait la présentation de ce spectacle, dû peut être à la plume du directeur des arènes d’alors, Jules Rostain :
« Messieurs,
Nos Landais vont partir : en leur nom, je vous remercie et de vos chaleureux applaudissements et de votre bienveillant accueil. Ils en sont fiers et en garderont un digne souvenir. Vos bravos dans cette antique Arène des Gladiateurs leur vont droit au cœur. Des gradins dont les vingt siècles qui ont passé sur eux ont à peine entamé le granit, des mêmes places où s’asseyaient les Consuls romains et les prêtresses de Vesta, sont partis les premiers vivats ; encore une fois, je vous remercie en leur nom.
De retour dans les Landes, ils raconteront à leurs compatriotes, et cela evc quelque orgueil, et vos acclamations et vos précieux témoignages de sympathie, et, si les circonstances les ramènent un jour parmi nous, leur première visite sera pour ce monument qui a vu les premiers triomphes et qui aura leurs derniers souvenirs !!!. »

Charlots ?

charlots

Retrouvée dans mes archives (confinement oblige…), cette curieuse photographie, prise dans un décor de théâtre. Sont-ce des écarteurs d’opérette ? Les bérets semblent pourtant bien de chez nous… Mais les boléros ? Si vous avez des lumières, si vous reconnaissez notamment l’un ou l’autre de ces « acteurs », n’hésitez pas à en faire profiter la communauté coursayre !

Des courses à… Moissac en 1896

dessin

Dans la série « Nos Landais s’exportaient bien »…. On le sait peu, mais le Tarn-et-Garonne fut un temps une terre taurine. La ville de Moissac, célèbre par son abbaye romane, connut en particulier plusieurs courses hispano-landaises. Voici, grâce au fouineur Christian Capdegelle, la relation de celles qui s’y déroulèrent au mois d’octobre 1896. Je n’ai retenu que les passages concernant notre sport landais, mais l’ami Christian a en archives le compte-rendu intégral de la partie corrida, menée en particulier par Félix Robert.
« Moissac. – Les courses de taureaux. – Dimanche, à l’occasion de la première journée des courses de taureaux, spectacle des plus rares dans la région, nous avons eu dans nos arènes moissagaises une énorme affluence d’étrangers. (…) A 2 heures a eu lieu la promenade en ville des matadors, écarteurs, banderilleros et toreros. Malgré un orage, suivi d’un peu de grêle, qui a éclaté avec du tonnerre de 11 heures à midi, le terrain de la place des Récollets était très propice pour les courses.
A 3 h. 5, toute la troupe fait son entrée dans l’arène et vient saluer M. le maire, suivant l’usage.
Les courses landaises ont été bien menées et s’il y a eu quelques vaches un peu paresseuses, en revanche d’autres ont été très agiles et marchaient avec un grand entrain.
A l’apparition de la première vache et au premier écart qui a été fait, le sieur Mathieu [Mathieu Banquel] a été frappé à la joue, pas trop sérieusement, car il a continué ses exercices et a donné une juste idée de son travail de hardiesse qui mérite des compliments. Les écarteurs Nassiet et Bellocq ont fait un travail remarquable avec des écarts et des sauts, des vaches qui étaient des plus téméraires ; les écarteurs étaient bien secondés par leurs confrères et par le teneur de corde Louisat [en fait Louis Mamousse, dit Louisot ou encore Mamousse].
Les artistes de M. Barrère, comme son troupeau, méritent la réputation qu’ils ont. Après la surséance a lieu la course aux taureaux. (L’Express du Midi, mercredi 14 octobre 1896) ».

« Moissac. – Courses de taureaux. – On lit dans le Ralliement de Montauban :
Moins belle que celle  du dimanche précédent, la journée d’hier avait attiré une moindre affluence à nos courses. Cependant les étrangers y étaient encore nombreux. Est-ce qu’ils se passionnent pour ce spectacle ? Nous croyons plutôt qu’ils y viennent poussés par la curiosité. Quoi qu’il en soit, voici ce qui s’est passé, en une éclaircie, dans notre arène.
Courses landaises. – Toujours un peu pâles comme mises en scène, en dépit de l’habileté des écarteurs. Baillet, Nassiet, Lafon [pour Laffau ?], Barthélémy, Marin II, Daudigeos, Belloc ont été téméraires jusqu’à la folie et leurs écarts et leurs sauts ont à plusieurs reprises provoqué les applaudissements du public. Baillet a reçu de la première vache, un coup de corne au cou, mais la blessure est sans gravité. En somme, bonne course ; mais, je le répète, un peu trop grise par un temps qui ne l’était pas moins. (L’Express du Midi, mardi 20 et mercredi 21 octobre 1896)

Les cuadrillas il y a 100 ans…

1920-01-18_2

A l’heure du mercato et de la recomposition des cuadrillas, un petit coup d’œil dans le rétroviseur pour voir quelle était la situation des cuadrillas au lendemain de la Grande Guerre.

La Tuile nous en fournit l’illustration. Elle nous présente les 3 grands chefs d’alors, 3 « rois de l’arène » d’avant-guerre :

1) Joseph Koran, qui dirigeait la cuadrilla attachée au nouveau ganadero d’Aignan Paul Ladouès ; on retrouvait à ses côtés Moreno, Suisse, Picard, Oscar, Bras-de-Fer, Candau et le cordier Eugène Kroumir, dit Flam ; il faut y rajouter le fameux Bamboula, chargé d’exécuter la suerte de Don Tancredo pendant les intermèdes ; Koran achètera des camarguaises à la fin de l’été et montera sa propre ganaderia en fin de cette saison 1920 ;

2) Giovanni l’Italien, attaché au grand ganadero Joseph Barrère qui réunira cette année-là son troupeau à celui de Portalier, avec Henry Meunier, Guichemerre, Montois, Mazzantini, Biscard, Despouys II et le sauteur Faber ; s’y rajoutera en cours de saison Lacoste II ;

3) et enfin l’écarteur de Villeneuve-de-Marsan Camille Couralet, attaché au nouveau ganadero d’Eauze Jean-Joseph Lafitte, avec Cantegrit, Lalanne, Minville, Morlaës, Sabon, le cordier Martial « plus deux éléments qui n’ont pas reparu depuis 1914″…

Voici la publicité du ganadero Lafitte à cette époque :

1920-02-29_4.JPG