Un peu de poésie dans ce monde de brutes…

Trouvée dans l’Écho de l’Arène en date du 27 octobre 1912, cette belle poésie sur « Le Pantalon blanc », œuvre de Raymond de Laborde. Plus qu’une poésie, c’est en fait une « chanson landaise » que l’on pouvait interpréter sur l’air de « Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu? », dont peut-être quelqu’un pourra fournir la partition. Hymne aux écarteurs et sauteurs portant le pantalon blanc, ce texte est aussi extrêmement intéressant par l’énumération des noms glorieux de notre sport national.

poesie_echo-de-larene_31_1912-10-27.jpg

 

Des courses landaises à Lyon en 1891 !

Parmi les plazas que nos écarteurs et sauteurs landais fréquentèrent à la grande époque de la course landaise, dans les années 1890, figure celle de Lyon ! Mais si l’on en croit ce compte-rendu paru dans L’Intransigeant du 23 juin 1891, ce ne fut pas une partie de plaisir pour eux, et en particulier pour Charles Bellocq, qui reçut une si terrible blessure que certains journaux allèrent même jusqu’à annoncer, de façon très prématurée, sa mort… Mais notre Landais survécut une nouvelle fois !

1891_lyon.jpg

1887 : les grandes Fêtes du Soleil à Paris (suite)

1887_paseo.jpg

Pour compléter l’article que je leur ai déjà consacré (https://patrimoinecourselandaise.org/2016/02/21/1887-les-grandes-fetes-du-soleil-a-paris/), voici quelques éléments historiques supplémentaires sur les Fêtes du Soleil organisées à Paris, en janvier 1887, au profit des victimes des inondations catastrophiques du Midi.

Le journal Gil Blas fait ainsi, le 14 janvier, le compte-rendu de l’arrivée de nos Landais dans la capitale et surtout le portrait de leur chef, Joseph Marin :

« A la même heure, débarquait à la gare d’Orléans le quadrille landais.

Son chef, Josef Marin, petit, trapu, vêtu d’un costume noir sans prétention, coiffé du béret pyrénéen, est un homme de vingt-deux ans au visage basané, à l’œil noir, à la moustache fine.

Il n’est pas comme le Pouly toréador par tradition de famille, puisque, durant le premier semestre de l’année, il travaille en qualité de forgeur mécanicien dans une des principales usines de Bordeaux. Ses exercices consistent surtout dans le double bond périlleux, le coup du béret, le saut avec les pieds liés, etc. Il a engagé un précieux collaborateur, Paul Daverat, garçon de haute stature, larges épaules, à la figure mâle, dont les voltes téméraires feront tressaillir d’aise plus d’une Parisienne blasée.

Le quadrille landais, qui se compose en outre de Barrère, Banos, Chéri, Lapaloque, Nassiet, Lacroix, Firmin, Mouchez, Casino, etc., a élu domicile dans un hôtel de la rue Rochechouart. »

Le même quotidien publie, dans son édition du 18 janvier suivant, un compte-rendu de leurs premières prestations qui nous fournit notamment de précieuses indications sur le costume des acteurs, encore calqué sur celui des matadors et où l’on appréciera la variété des assemblages de couleurs :

« Deux courses landaises ont succédé à cette première course provençale, avec deux taureaux à cornes relevées: Escriba, taureau cendré, et Pelegrina, taureau noir. […] On m’excusera si je ne fais pas, comme en Espagne, le compte-rendu de cette course en vers. Elle présente encore moins d’analogie que les courses provençales avec les courses madrilènes; mais je serai aussi lyrique que possible. En dépit d’un taureau levantados, qui, à diverses reprises, a voulu et a même réussi à escalader la barrera, ou, pour parler français, la barrière intérieure, il y a eu divers exercices des plus réussis. Voici tout d’abord la composition du « quadrille » landais:

Josef Marin, chef du quadrille. Costume rouge, ceinture blanche, béret rouge.

  1. Paul Daverat, premier sauteur. Costume bleu, béret bleu.
  2. Lapaloque, écarteur sans rival. Costume rouge, gilet jaune.
  3. Nassiet, sauteur sans perche. Veste noire, culotte blanche, béret rouge.
  4. Barrère, dit le Zéphir. Costume noir, béret bleu.
  5. Banos. Culotte verte, veste noire, béret rouge.
  6. Chéri. Bas bleus, culotte blanche, veste bleue.
  7. Casino. Veste noire, culotte bleue, béret rouge.
  8. Mouchez. Veste bleue, culotte blanche, béret rouge.
  9. Lacroix, teneur de corde.

Si Josef Marin est un remarquable chef de quadrille, Paul Daverat est un sauteur incomparable. Il est merveilleux d’agilité, d’adresse et de précision. Tour à tour il a fait le saut du taureau avec et sans élan, les pieds liés avec un mouchoir, ou tenant un mouchoir entre ses pieds joints — et cela sans manquer aucun exercice… C’est, avec le Pouly, le roi de la fête !

1887_saut_1.jpg

On a eu un moment d’émotion : l’un des hommes du quadrille a été renversé à terre par le taureau ; il y a eu quelques petits cris d’effroi. L’homme s’est relevé : il en a été quitte pour un léger saignement de nez et une dent, le pied du taureau l’ayant atteint. Il a continué la course jusqu’à la fin.

A une course suivante — pour liquider la partie incidents (ne pas lire accidents) — un autre homme du même quadrille a reçu un coup de cornes dans la partie postérieure de son individu. Il n’a pas paru s’en apercevoir. Ce que c’est tout de même que la force de l’habitude !

Les âmes sensibles peuvent donc se rassurer et les membres de la Ligue antivivisectionnistes peuvent dormir tranquilles ! Taureau embolados et hommes désarmés ne se sont pas fait de mal ! L’adresse et le courage l’ont emporté sr la force. […]

Le spectacle a repris avec une course landaise, avec Avelina qui appartient à la race des parados — pour continuer quand même à parler espagnol — c’est-à-dire à la famille des indolents. Mais avec Mazantini, taureau noir aux cornes blanches, nous avons assisté à une course hors pair. Paul Daverat a fait notamment, par dessus le taureau, une série de sauts en travers, puis de sauts périlleux droits des plus réussis. Cet homme est étonnant ! Il n’a pas une hésitation, et c’est à coup sûr qu’il escalade l’obstacle vivant qui est devant lui.

Nous avons vu, à cette course, les sauts avec perches. Trois sauts ont été ainsi exécutés presque en même temps, et sur le même bond du taureau, par trois des hommes du quadrille. On a applaudi à outrance ! […]

La dernière course landaise, avec Furiosa et Naranja a été moins réussie. Non pas que la quadrilla y ait été inférieure à elle-même; mais la dernière de ces bêtes, notamment, était par trop parados, c’est-à-dire indolente. Elle a carrément refusé de marcher. Ce fait, qui se produit parfois, a eu le don d’exciter l’hilarité des spectateurs.

De même le « cabestan », comme on l’appelle dans le Midi, c’est-à-dire le taureau dressé qui va chercher les taureaux et les entraîne au toril, après la course, a eu un succès de gaieté très marqué. On appelle ce taureau le Dompteur ou Mazagran. »

 

 

Les écarteurs et sauteurs landais en Espagne en 1887

1887_lidia.jpg

L’une des illustrations accompagnant la série d’articles « Les courses de taureaux en Espagne et en France » (1891) parus dans le Bulletin de la Société de Borda en 1891 me posait problème. Elle représentait un « Saut des Landais à Madrid » réalisé par l’un de nos congénères, mais sans que l’on sache ni quand ni pourquoi. Je viens de trouver non seulement les réponses à mes questions, mais surtout la lithographie originale, et en couleurs, qui a été reproduite en noir et blanc en 1891. Elle est l’une des superbes gravures qui étaient livrées avec chaque numéro du petit journal taurin La Lidia. Celle-ci fait partie du n° 18 de la 6e année, daté du 1er août 1887, et s’intitule « Saltadores landeses » (sauteurs landais). Elle illustre le passage de la troupe d’écarteurs et de sauteurs dirigée par Paul Daverat (1er sauteur), qui participa cette année-là à une corrida à Zaragoza (le 1er mai 1887), puis le Jeudi de l’Ascension (9 juin 1887) à Madrid. La cuadrilla landaise se composait, autour de Daverat, de Louis Barrère (2e sauteur), le fameux « Zéphyr », de l’un des frères Nassiet (3e sauteur), et des écarteurs Victor Duffau, Emile Lapaloque et Johannès Candau. La course madrilène fut organisée par Emile Fortin, « président de la société taurine hispano-landaise ». A Zaragoza comme à Madrid, nos Landais intervenaient dans des corridas où toréait la vedette Angel Pastor, et exécutaient des sauts ou des écarts en début de sortie des taureaux. Les comptes rendus que nous en a laissés la presse taurine, en particulier madrilène, nous permettent de savoir qu’ils portaient un costume assez semblable à celui des matadors, mais avec moins de clinquants (con menos luces), qu’ils avaient sur la tête un béret brodé, qu’ils étaient chaussés de botas identiques à celles des artistes équestres ou des gymnastes, et surtout qu’ils arboraient de superbes moustaches, attribut qui ne pouvait se concevoir sur le visage d’un torero espagnol ! Leurs prestations, cependant, ne sont pas restées dans les annales de la tauromachie, ni d’ailleurs celle de leur compagnon de ruedo Angel Pastor… Mais nous en reparlerons, car cette incursion landaise dans le monde de la course espagnole ne fut pas du goût de tout le monde.

Cette image est disponible sur le site de l’hemeroteca digital de la Biblioteca nacional de España (http://hemerotecadigital.bne.es/issue.vm?id=0002015664&page=2&search=saltadores+landeses&lang=fr)

1887 : les grandes Fêtes du Soleil à Paris vues par la presse espagnole

1887_ilustracion.jpg

Je vous ai déjà longuement parlé des fameuses Fêtes du Soleil de 1887 organisées à Paris en faveur des inondés du Midi. Voici comment cet événement fut rapporté par la presse espagnole, au travers de cette gravure parue dans la revue La Ilustración española y americana du 8 février 1887.

L’artiste y a regroupé sur une même page tous les types de spectacles tauromachiques qui furent donnés à l’Hippodrome. En partie haute, à côté du « portrait » de Marin, on voit une scène dans l’arène qui représente Paul Daverat appelant la bête pour un superbe saut. En partie basse, sous l’image de « Lou Pouly », sont représentés les jeux provençaux et camarguais. L’article qui l’accompagne critique amèrement les autorités françaises qui refusèrent aux Landais et aux Provençaux l’autorisation de donner une 4e course à leur propre bénéfice, tout en raillant ce type de spectacle que l’on ne pouvait comparer qu’avec de petites novilladas espagnoles…