1887 : Les grandes Fêtes du Soleil à Paris

1887_paseo

Le paséo de nos écarteurs lors des courses de 1887, croqué par le dessinateur Pranischnikoff pour Le Monde illustré

Ces grandes Fêtes du Soleil furent organisées par le Comité de la Presse au profit des inondés du Midi. De graves inondations avaient en effet touché tout le sud-est et en particulier la basse vallée du Rhône en octobre-novembre 1886. Elles se déroulèrent les 16, 20 et 23 janvier 1887 et connurent, contrairement à celles de 1861, un énorme succès. Les journaux de la capitale « furent unanimes pour adresser à nos courses, à nos écarteurs, à nos troupeaux les plus brillants éloges. Le comité de la presse décerna à nos courageux compatriotes les plus riches récompenses » (P. Séris). Elles furent surtout pour Paul Daverat l’occasion d’un triomphe éclatant.
Voici ce qu’en dit Prosper Séris :
« Les fêtes du Soleil au profit des inondés du Midi ont appelé à Paris : écarteurs landais, ganaderias landaises, quadrilles provençaux, manades provençales. Nous pouvons le dire avec un légitime orgueil : les courses landaises ont brillé d’un magnifique éclat. Sans ce luxe de costumes, de manteaux, sans ce décorum qui est le caractère particulier des toréadors espagnols et provençaux, nos écarteurs ont su captiver l’attention des Parisiens. Dans leur costume simple et coquet, sans grand apparat, n’ayant pour défense que leur agilité, leur courage, leur sang-froid, ils ont vivement impressionné le public toujours prêt à s’enthousiasmer pour qui montre le mépris du danger. Paul Daverat, Joseph Marin, Barrère, Lapaloque, Mouchez, Casino, Nassiet, Banos, Chéri et celui que l’on appelle quelquefois le sympathique Lamothe, étaient du reste de taille à représenter dignement l’élément landais. Le bétail landais a eu lui aussi sa grande part d’ovations dans ce tournoi tauromachique ; hâtons-nous de dire que les ganaderias landaises, toutes admirablement organisées, ne pouvaient être plus dignement représentées que par celles de MM. Baccarisse et Lagardère. »

Dès le 4 janvier, Le Gaulois se fait l’écho de ces représentations tauromachiques qui se dérouleront à l’Hippodrome et  dont chacune comprendra une course landaise, une ferrade et une course provençale. Il présente sommairement ce qu’est la course de nos régions dont « le clou de la fête, c’est le coup du béret. L’écarteur jette son bonnet à terre et met son pied dessus ; la difficulté consiste à taquiner le taureau, à l’exaspérer et à se soustraire à ses représailles sans que le pied bouge de place »…
Il ajoute que « le comité a traité, pour les courses landaises, avec MM. Baccarisse et Lagardère. Le quadrille landais se compose de MM. Josef Marin, chef de quadrille, surnommé à bon droit « le premier toréador des Landes », un beau gars, bien râblé, aux reins cambrés et aux épaules larges ; Barrère, dit Le Zéphir, sauteur incomparable ; Nassier, sauteur sans perche ; Lapaloque, écarteur sans rival ; Mouchez, Beaumont, Casino, Banos, Chéri, Candeau, écarteurs ». Mais il manquait à cette troupe un nom important : « Et Paul Daverat, me direz-vous, le fameux écarteur-sauteur ? Que les dilettanti se rassurent : Paul Daverat en sera aussi. »

La première de ces représentations eut lieu le 16 janvier dans un hippodrome bondé. Le Gaulois décrit avec emphase le paséo : « Les provençaux sont costumés à peu près en toréadors madrilènes, chacun d’une couleur spéciale (…). Ils sont nu-tête, tandis que les Landais portent le béret. » Ceux-ci « ont l’apparence plus nerveuse ; leurs formes, dessinées par les costumes collants, ont des lignes plus affinées. Ils sont vêtus de couleurs chatoyantes. Josef Marin, le premier toréador des Landes, est un gars bien planté. Il est en veste et culotte écarlates. » (…) Après la prestation des Provençaux :
« voici que le quadrille landais entre dans la lice. Il s’éparpille autour d’un jeune taureau brun et nerveux. La bête est maintenue par une corde longue d’une vingtaine de mètres dont un écarteur tient l’extrémité. La méthode des Landais diffère de celle des Provençaux : la course landaise a plus que l’autre l’air d’un jeu paysan ; elle a moins d’élégance, mais plus de caractère ; moins de finesse, mais plus de brusquerie virile.
Les hommes se dérobent aux coups de corne par des bonds et des sauts périlleux. Josef Marin et Paul Daverat sont d’une agilité prodigieuse ».

Le journal Le Matin en donna un compte-rendu plus circonstancié  le lendemain: .
« Course landaise » (1e partie)
« Les toreros provençaux ont disparu, cédant la place à la quadrille landaise. C’est un changement complet de spectacle. La vache, une bête de taille moyenne, tout en muscle et l’œil féroce, est retenue par une corde que tient un solide gaillard. De cette façon, elle est toujours ramenée en face de son ennemi, sur lequel elle fond du reste avec une énergie sans pareille. On assiste au triomphe de Joseph Marin, le chef de la quadrille, qui presque sans faire un mouvement l’évite avec un sang-froid extraordinaire. Puis Paul Daverat, un sauteur incomparable, se présente. L’animal pique sur lui, les cornes en avant. Déjà il baisse la tête, de ses naseaux il l’effleure, – l’émotion est à son comble – l’homme semble perdu. Mais, par un bond formidable, il a franchi la bête et il se relève gracieusement aux applaudissements frénétiques du public.
Ici un incident se produit, un écarteur a manqué son coup. La vache d’un coup de tête puissant l’a renversé, elle va le piétiner. Toute la quadrille s’élance, détourne l’attention de l’animal, et le jeune torero se relève étourdi. Ce n’est rien, du reste. L’écarteur regagne la barrière soutenu par un camarade, et, quelques secondes après, il se remet de sa chute et revient prendre sa place. »

Et voici le compte-rendu de la 2e partie de ces courses landaises du 16 janvier 1887 qui alternaient avec les courses provençales et la ferrade camarguaise.
« Les Landais succèdent aux Provençaux. Eux aussi pleins d’émulation, veulent remporter les prix destinés aux vainqueurs. Joseph Marin montre une audace folle. La vache rousse qui est amenée est mauvaise et nerveuse. Il l’évite presque sans faire un mouvement et chaque fois les cornes de la terrible bête l’effleurent sans le toucher. Paul Daverat, de son côté, multiplie les difficultés de ses exercices. C’est avec les pieds attachés qu’il exécute ses sauts incroyables par-dessus l’animal. Il prend la canne de notre confrère Charles Laurent et, s’en servant comme d’une corde, franchit la bête en faisant le saut périlleux. Des applaudissements frénétiques saluent son sang-froid et son adresse. Avec Le Pouli, il est le grand triomphateur de la journée. »

La deuxième course se déroule le 20 janvier dans une salle superbe où l’on remarquait une « affluence de jolies femmes et d’élégantes toilettes ». Le Gaulois note : « Quant aux Landais, Josef Marin est toujours le premier écarteur et Daverat le premier sauteur du Midi. »
La troisième et dernière, enfin, du 23 janvier, conclut avec succès ces spectacles tauromachiques. Le même journal s’en réjouit : « Après la représentation d’hier, qui a admirablement marché, sans un accroc, sans un accident, on peut dire que les courses de taureaux ont conquis leur droit de cité à Paris ».
Nos Landais y remportèrent des prix exceptionnels : une médaille d’honneur en or pour Paul Daverat, une épaulette aux armes de la ville de Paris, avec flots de rubans ornés de pierreries et une première médaille de vermeil pour Josef Marin, une quatrième médaille de vermeil pour Lapaloque, « écarteur sans rival », et des médailles d’argent pour Nassiet, Barrère, Banos, Chéri, Casino, Mouchez, et Lacroix. Marin reçut également une écharpe d’honneur de couleur rose, Daverat une rouge, Nassier une crème, Barrère une cardinal et Lacroix une « bleu gendarme ». Le chef de la cuadrilla fut aussi honoré d’un « diplôme de quadrille », et les ganaderos d’une bannière « en soie gris perle surmontée d’une étoile et de piques entrelacées ».
Le Gaulois narre les derniers instants festifs de ces courses : « La fête a été close par un défilé triomphal. Le public a maintes fois rappelé les toréadors, ne se lassant pas de les acclamer, de les accueillir par des applaudissements et des vivats frénétiques. Plusieurs assistants même les ont, à la mode espagnole, bombardés de fleurs et de cigares. »

Voici ici deux représentations de saut, un périlleux et un pieds dans le béret croqués par Pranischnikoff pour Le Monde illustré.

1887_saut_4.jpg

1887_saut_3

Voici comment Le Monde illustré commentait la prestation de nos Landais à Paris :

« Les toréadors landais sont en même temps des gymnastes extra-ordinaires. Quand l’animal retenu par une longue laisse, à cause de l’étendue de la piste, se précipite sur l’un d’eux, par un demi-tour, par une génuflexion oblique, celui-ci échappe à la poussée de l’animal lancé à fond de train. (…) Un autre fait le saut périlleux en passant presque entre les cornes. Mais ce qu’il y a de plus étonnant dans le quadrille conduit par M. Joseph Marin, ce sont les sauts à pieds joints de Paul Daverat. Le taureau franchi, il retombe sur le mouchoir où il avait posé ses pieds avant ce bond extraordinaire. »

Nous publions ici deux autres des sauts dessinés par Parischnikoff pour ce journal, avec en particulier une belle posture du sauteur, jambes liées par le mouchoir, citant la bête.

1887_saut_1

1887_saut_2.jpg

 Voici comment Le Gaulois du 17 janvier 1887 commençait son compte-rendu des courses de la veille :

 1887_gaulois.jpg

 En illustration, un écart vu par Parischnikoff pour Le Monde illustré.

1887_ecart

Voici enfin un dernier commentaire, qui nous fournit de précieux renseignements sur la plaza parisienne et le bétail que l’on y envoya. Il est tiré de L’Univers illustré, 30e a., n° 1662, du 29  janvier 1887.
« Les courses de taureaux à l’Hippodrome.
En dépit de toutes les critiques, le succès des courses de taureaux organisées à Paris au profit des inondés Midi a été considérable. L’aspect même de l’Hippodrome était curieux au plus haut point. L’arène avait été garnie d’une double palissade en planches très épaisses. La première, surmontée d’une triple rangée de cordages, confinait aux loges. Entre les palissades, un long couloir dans lequel se réfugiaient les toréadors poursuivis de trop près. En face des loges d’honneur l’orchestre ; à gauche, l’entrée réservée aux toréadors ; à droite, la porte du toril, copiée exactement sur celle des arènes de Madrid. Le toril avait été construit sur l’emplacement des anciennes écuries de l’Hippodrome. Il était composé de quatre boxes. Dans les deux premiers se trouvaient les taureaux de la Camargue ; dans les deux autres, les génisses des Landes. Parmi ces animaux, Bolta [ ?], qui a tué un homme à Dax, l’an dernier, et le taureau Mazzantini, redouté de tous. Une obscurité relative régnait dans le toril, qui n’était éclairé que par deux becs de gaz. Le toril était séparé de l’arène par un long couloir, que l’on faisait difficilement franchir aux bêtes. (…)
Viennent ensuite les Landais, ayant à leur tête Paul Daverat, Josef Marin et Lapeloquez [sic pour Lapaloque]. Josef Marin est en costume rouge et or. Paul Daverat porte un costume de velours bleu soutaché d’or. (…)
Les quadrilles landaises avaient à combattre cinq génisses : la Feillouquina, la Pamela, la Capuchina, la Dora, la Désirée et le fameux taureau Mazzanitni. Ce dernier a couru dimanche sans être tenu en laisse, selon la coutume du pays, et les spectateurs ont pu voir avec quelle précision, quelle ardeur, les Landais l’ont écarté ou franchi. La Feillouquina et la Capuchina méritent une mention spéciale. La première procède par bonds, par saccades brusques, et, si elle n’était pas tenue solidement en laisse, elle franchirait toujours la barrière à la suite des toréadors. La Capuchina, au contraire, est fort réservée. Elle ne beugle pas, ne rue pas, ne frappe pas le sol avec impatience ; calme, elle choisit son adversaire, et soudain s’élance quand il est à portée. Sa manière de se défendre est toute spéciale. »

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s