Le monument à Paul Daverat, à Laurède (40)

monument-daverat_laurede.jpg  monument-daverat_laurede_det.jpg
© Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel – Maisonnave Jean-Philippe (monument) et Dubau Michel (détail)

Je vous ai proposé récemment une biographie du grand sauteur de Laurède. Vous pouvez aussi en trouver une très complète sur l’excellent site de Michel Puzos :

http://www.mpcourselandaise.com/pages/course-landaise-magazine/histoire/histoire-s-de-la-course-landaise.html

C’est en 1947 que Laurède, son village natal, fait ériger un monument commémoratif en l’honneur du grand écarteur-sauteur Paul Daverat. La réalisation en fut confiée à l’affichiste, caricaturiste mais aussi sculpteur Marcel Canguilhem, dit Cel-le-Gaucher (1895-1949), autre figure du monde de la course landaise. Celui-ci s’inspira de la plus connue des photographies de Daverat pour exécuter son bas-relief.

x_daverat

Le service régional du Patrimoine et de l’Inventaire de Nouvelle-Aquitaine lui a consacré un dossier spécial, d’où sont tirées les photographies plus haut, et que vous pouvez retrouver à l’adresse : http://dossiers-inventaire.aquitaine.fr/dossier/monument-a-paul-daverat/03573236-c9c8-43cf-8c04-bde08aa632c9

Voici la description qui en est donnée:
Le monument est constitué d’une stèle rectangulaire en calcaire (?) peint polychrome ; l’effigie est sculptée dans la masse. Daverat y est figuré en pied, en costume de torero, la main droite posée sur la hanche ; la figure s’inscrit dans un arc « mozarabe ».

Il faut espérer que la fissure qu’on aperçoit sur la partie gauche de ce monument a fait (ou va faire très prochainement) l’objet d’une restauration…

 

 

Les exploits de Paul Daverat

sauts_landais_madrid

Le premier saut d’un taureau en Espagne par un sauteur landais (16 août 1878)

Je vous ai narré il y a quelque temps le premier exploit réalisé par ce héros de la course landaise, Paul Daverat : https://patrimoinecourselandaise.org/2018/02/11/un-anniversaire-cette-annee-le-premier-saut-dun-taureau-de-corrida-16-aout-1878/.
A 15 jours de son mariage, il avait été défier un des toros réservés au grand matador Frascuelo, avec son autorisation bien sûr, et avait même été récompensé d’une oreille du bicho. C’est d’ailleurs toujours, à notre connaissance, le seul acteur de course landaise qui ait eu cet honneur.
Certains pourraient contester le jour et l’année que je donne, car on cite souvent le 15 août et l’année 1877 pour cet exploit. Mais comme toujours, un bon historien se doit de vérifier et de croiser les documents. Pour le jour, il suffisait de reprendre le récit qu’en fait l’un de ses plus fiables témoins (« Don Emilio » [Emile Pédedieu], de Mugron, ami et accompagnateur de Daverat à San Sebastian), qui rapporte que la corrida prévue le 15 août fut reportée au 16 en raison d’une tempête de pluie qui s’abattit sur les arènes à l’heure de la course. Mais il restait un  petit doute sur l’année, qui, je dois le dire, me titillait en tant que chercheur. J’ai donc continué à fouiller, et j’ai trouvé la preuve qu’il s’agissait bien de 1878 et non de 1877. En effet, nous trouvons le compte-rendu de l’exploit de notre Landais dans le Diario de San Sebastian du 17 août 1878 (page 2), aujourd’hui numérisé http://liburutegidigitala.donostiakultura.com/liburutegiak/catalogo_archivo_ficha.php?dp_id=80&y=1878&m=8&fecha=1878-8-17&dpf_id=687733 .
On ne pourra donc plus dorénavant, j’espère, donner une autre date que celle-là…

Paul Daverat de retour à Saint-Sébastien en 1879…

Grâce à l’ami Christian Capdegelle, voici le récit de la prestation réalisée par notre sauteur dans les arènes de Donostia l’année suivante, en 1879. Malheureusement, elle n’eut pas le même succès que la première…
« Courses de taureaux en Espagne. – On écrit de Saint-Sébastien, le 3 septembre [1879] :
Les courses de taureaux données dimanche dernier à Saint Sébastien ont attiré nombre d’étrangers résidant à Biarritz, qui ont voulu connaître le jeu si en honneur au-delà des Pyrénées.
Frascuelo et Largartijo ont mérité de chaleureux applaudissements. L’écarteur landais Daverat était engagé pour renouveler dans cette course un exercice des plus difficiles, celui de franchir d’un bond le taureau fondant sur lui.
C’est le troisième taureau qui devait servir à ce saut périlleux. Daverat, en pantalon blanc, attire à lui la bête qui se précipite dans sa direction : le Landais s’élance ; mais le taureau s’arrête net, accroche le pantalon de l’écarteur, qui tomba sur l’échine de la bête. Le malheureux s’allonge et reçoit un coup de corne qui déchire sa chemise.
C’en était fait du sauteur sans le sang-froid de Lagartijo, qui lance sa capa sur les yeux du taureau. Alors celui-ci abandonne le Landais pour poursuivre le voile léger dont la couleur l’irrite. Daverat veut recommencer l’épreuve ; le public s’y oppose et l’alcalde Erraza l’interdit.
Daverat se retire, mais il donne une nouvelle preuve du ressort de ses jarrets en franchissant à pieds joints la barrière de l’arène.
Parmi les spectateurs, on remarquait le prince Gortchakoff, ambassadeur de Russie à Madrid. (L’Impartial Dauphinois, 10 septembre 1879).

Paul Daverat à Paris en 1887…

1887_saut_3.jpg

Je vous ai déjà parlé de ces fameuses « Fêtes du Soleil » organisées à Paris en janvier 1887 au profit des inondés du Midi. Voici la présentation que Le Figaro fait de nos sauteurs qui devaient ravir quelques jours plus tard tout le public de la capitale, avec en prime une interview exclusive de Daverat !
« Les Landais ne possèdent pas que des génisses. Ils ont avec eux divers taureaux, entre autres le célèbre Mazantini dont le nom est mis en gros caractères sur les affiches, à Saint-Sébastien ou à Bayonne.
On verra, dimanche, les deux principaux sauteurs des Landes, MM. Paul Daverat et Nassiet. Je demande au premier quels sont ses exercices :
– Je me tiendrai avec Nassiet et les sept écarteurs dans l’arène. On fera sortir un taureau. Il s’élancera sur moi. Je sauterai par-dessus, soit à pieds joints, soit en ayant les pieds dans un béret [comme la gravure d’époque ci-dessus le montre]. A chaque nouveau taureau, je ferai un saut différent. Une fois, je me lierai les jarrets. Une autre fois, je sauterai de côté. On aime aussi que j’attende le taureau en tenant les deux bouts d’une baguette, par-dessus laquelle je saute en l’air. Enfin, je ferai tout ce que je pourrai pour satisfaire les Parisiens.
Paul Daverat est un grand gars solide, qui a absolument le type basque. L’extérieur est très sympathique. Il est descendu avec ses compatriotes rue Rochechouart, au Grand-Hôtel d’Amérique. » (Le Figaro, 13 janvier 1887)

Un grand parmi les grands : Daverat (Barthélemy, dit Paul)

x_daverat

Paul Daverat fut à coup sûr l’une des grandes figures de notre course landaise du dernier quart du 19e siècle.

Voici la biographie qui est consacrée dans Mémoire des Landes à ce grand écarteur-sauteur, né à Laurède le 13 août 1855 et décédé dans ce même village chalossais le 13 janvier 1890.

« Fils d’agriculteur, préférant les escapades dans la nature aux salles de classe, il fut très tôt attiré par la course landaise, très en vogue à Laurède, à la suite des frères Darracq, maîtres dans l’art de la feinte. La course landaise avait alors un aspect beaucoup plus spontané que de nos jours. La réglementation en était plus vague. Paul Daverat est entré dans l’histoire pour ses dons exceptionnels de sauteur. Ils furent sans doute favorisés par cet apprentissage précoce mais surtout par des qualités physiques remarquables. Le 15 août 1877, il fit sensation dans les arènes de San-Sebastian en sautant sans élan et à pieds joints le quatrième toro de cette corrida. Sa célébrité devint alors internationale. Il fit plusieurs tournées en Espagne, lors de courses mixtes, espagnoles et landaises, encore en vigueur à la fin du XIXe siècle. Dans le midi de la France, on s’arrachait l’honneur de faire figurer son nom sur les affiches des fêtes. Avec la gloire lui vint la fortune (certains contrats atteignirent mille francs or !), mais il gaspilla tout cela dans une vie tapageuse et dissolue. Ses dons de sauteur lui servirent aussi à échapper aux gendarmes. Il reçut dans les arènes du Bouscat (Gironde) un coup de corne fatal qui termina sa carrière. Il perdit sa réputation et sa gloire. Sa carrière historique se terminait tristement. Il mourut à trente-quatre ans d’une grippe et fut enterré dans le boléro d’or que lui avait offert la reine d’Espagne. Laurède lui a élevé une statue en bas-relief, due au ciseau de Cel-le-Gaucher, en 1947. »
Notice de Jean-Pierre Laulom, extraite de Mémoire des Landes, Mont-de-Marsan, Ed. Comité d’études sur l’histoire et l’art de la Gascogne, 1991, p. 100-101

Paul Daverat, l’élégant…

daverat1.jpg

Cette superbe photographie illustre bien l’élégance légendaire de notre grand sauteur de Laurède. Elle apparaît semble-t-il pour la première fois sur la couverture de la célèbre Histoire des courses landaises de Clic-Clac, puis fut régulièrement reproduite dans la « Tuile ». Elle orne également l’article narrant l’exploit de Daverat devant un taureau à Saint-Sébastien en 1878, rédigé par l’un de ses amis et accompagnateurs, « Don Emilio » de Mugron (de son vrai nom Emile Pédedieu), et imprimé dans l’Almanach de la Course landaise pour 1912.

Paul Daverat, le séducteur…

Nous avions déjà noté que notre grand Paul Daverat avait une élégance naturelle exceptionnelle. Nous apprenons maintenant que c’était également un grand séducteur… En voici la preuve dans l’article que lui consacre Jean Fonclar dans la Revue générale : littéraire, politique et artistique, 5e a., 1887, p. 63-64.
« « Tout Paris » a battu des mains à l’agilité de Paul Daverat. Le grand écarteur landais a, sur les rives de l’Adour et tout alentour, une réputation prodigieuse. Point de ville, point de bourgade qui à ses « corridas de toros » ne veuille l’avoir. Et il n’est pas rare de voir fonctionner la « cuadrilla » Daverat et Hinx à côté des « cuadrillas Mazzantini », « Fernandez Valdemore » ou de quelque autre lourdaud espagnol que Madrid, Séville et Saint-Sébastien ont acclamé… de huées.
L’on ne sait peut-être pas que Daverat est un homme heureux… et à bonnes fortunes. Les femmes du pays sont fières de lui, et les dames, les grandes dames, ne dédaignent pas de lui sourire… au moins.
C’était en août dernier [1886], dans une petite ville d’eaux resserrée par les massifs pyrénéens. Les gradins des tribunes étaient ornés de quelques centaines de toilettes, et Daverat faisait merveille. Les bravos éclataient de toutes parts ; une jeune dame, « au teint bruni » d’Andalouse, se fait remarquer en lançant un cigare. Daverat se baisse et salue… presque avec élégance. Je sentis à côté de moi un petit trémoussement d’indignation ; je me retournai : c’était Rose, la jolie servante de l’hôtel, une Béarnaise de Coarraze, au fichu crânement enroulé sur le derrière de la tête, qui s’agitait. Je remarquai alors que les couleurs du fichu de Rosette et celles de la culotte de Daverat étaient d’un bleu d’une étrange ressemblance.
La fanfare municipale sonne quelques refrains discordants, et une autre vache (les Landais n’opèrent pas avec les taureaux !) fait son entrée dans le cirque : nouveaux sauts, nouveaux bravos. Cette fois, la dame jette son mouchoir, un mouchoir brodé ; Daverat s’incline. Je sens à côté de moi le trémoussement qui s’accentue, et les yeux de ma voisine brillent de courroux contre sa rivale à chapeau. Nouvelle course, nouveaux applaudissements. C’est le tour de l’éventail, et Daverat fait à l’inconnue sa plus gracieuse révérence. Aussitôt, d’un brusque mouvement, la fille de Béarn déroule son fichu et le lance au milieu du champ de courses… Je dois dire que Daverat ne bougea pas, et, de dépit, la petite Rosette quitta la place.
Le lendemain, la rumeur publique m’apporta que Daverat et la dame « au teint bruni » s’étaient rencontrés… par hasard, et qu’elle lui avait donné le bout des doigts à baiser… Simple bruit !
Huit jours après, nouvelle « corrida de toros ». La belle Espagnole n’était plus là, mais Rose s’y trouvait, en fraîche toilette, et cette fois sa main gantée faisait aller un bel éventail… que je reconnus. »

Une nécrologie…

daverat_monde-ilustre_1890-03-22 - Copie.jpg

Parmi ses nécrologies, voici celle parue le 22 mars 1890 dans un périodique national, Le Monde illustré (34e a., n° 1721, , p. 192) accompagnée de la très belle gravure ci-dessus, réalisée d’après la photo que nous avons publiée plus haut.
« L’écarteur Paul Daverat.
L’un des héros des courses landaises, Paul Daverat, a succombé récemment. Doué d’un sang-froid extrême, en possession de tous les secrets de la course, il n’avait pas son pareil pour sauter par-dessus la bête, à pieds joints, et souvent les jambes nouées avec un mouchoir.
Daverat n’était pas seulement un sauteur hors ligne, il était encore un écarteur de premier ordre. Une impérieuse vocation l’avait poussé tout jeune dans la carrière qu’il avait embrassée, et dès le début il obtint des succès étourdissants. Dans les arènes des Landes, du Gers et des Basses-Pyrénées, il recueillit des applaudissements chaleureux.
En Espagne, à côté des plus célèbres, auprès de Frascuelo et de Lagartijo, il obtint, par l’originalité de son  jeu, les suffrages de l’assemblée. C’est aux arènes du boulevard Saint-Genès, fondées par lui à Bordeaux, l’été dernier, qu’il remporta ses derniers triomphes. A l’heure où la tauromachie commence à s’implanter dans les mœurs parisiennes, et où l’on prend goût à ce genre de spectacle, la physionomie du champion français intéressera particulièrement tous ceux qui sont friands des jeux périlleux de l’arène. »

Un événement tragique à Saint-Sever en 1862

saint-sever_constututionnel_21-10-1862

Voici l’article paru dans Le Constitutionnel des Landes le 21 octobre 1862. Grâce aux Archives départementales, j’ai pu retrouver l’identité de ce malheureux : il s’agissait de Pierre Lasoureille, un célibataire de Tilh, terrassier de métier. Son décès fut constaté le 12 octobre à quatre heures de l’après-midi, au lendemain même de son 31e anniversaire ! Il était en effet né le 11 octobre 1831… Y a-t-il eu une relation de cause à effet ? Nul ne le saura jamais… Il est vrai qu’à cette époque, les vaches n’étaient pas encore tamponnées et que de nombreux accidents endeuillèrent nos plazas landaises.

tumade_remy

Un anniversaire : Bamboula (François Garcia, dit)

lcba_2.jpg

On sait peu de choses sur ce « Bamboula », né à Bayonne le 29 décembre 1878 (on fête cette année le 140e anniversaire de sa naissance) et décédé à Dax le 17 novembre 1949. Ou du moins Gérard Laborde dans son Dictionnaire n’en dit pas trop…, sinon que son surnom lui vint « peut-être à cause de son teint très mat et sa forte corpulence qui rappelaient certains noirs d’Afrique ; il écartait souvent coiffé d’un turban ». Il rapporte cependant :

« A ses débuts, le jovial Bayonnais qui est le type même du bûcheur, se fait remarquer par sa capacité à encaisser les rudes coups que lui assènent les marraines des troupeaux de formelle, ce qui lui vaut des engagements de la part des grands ganaderos notamment de Bacarisse entre 1903 et 1905. En 1906, il remporte même un deuxième prix sur les 18 courses formelles auxquelles il participe au sein de la cuadrilla Monacot attachée au troupeau Passicos. Les années suivantes, il participera à une dizaine de formelles par saison pour se maintenir dans le premier tiers du classement. »

Il va en fait plutôt se spécialiser dans les « novilladas », spectacles comico-taurins avec des parties réservées aux amateurs, où il va souvent officier en Don Tancredo, comme on peut le voir sur la carte postale ci-dessus où il se trouve en tête-à-tête rapproché avec une coursière aux cornes hautes… Il sera même, toujours d’après l’ami Gérard, le créateur du premier vrai numéro de Charlot tauromachique en France. Il ne manquait pas d’humour, et répondit un jour à l’un de ses admirateurs qui l’interrogeait après une tumade : « La bête ne m’a pas vu, alors je n’ai pas pu l’hypnotiser! ».

Il faut cependant toujours se méfier des légendes des cartes postales : l’éditeur parisien de celle que je vous présente la situe à Eauze ; or les arènes d’Eauze, dans leurs différentes versions de l’époque, n’ont jamais présenté ce type de callejon ou de talenquère. En fait, il s’agit certainement des anciennes arènes de Mugron !!!

Le voici un peu plus tard croqué par Gaston Rémy :

bamboula_remy.jpg

Eléments biographiques tirés du Dictionnaire encyclopédique des écarteurs landais de Gérard Laborde (Editions Gascogne, 2008), p. 32-33 (avec l’aimable et amicale autorisation de l’auteur)

Une course à Mont-de-Marsan… en 1845

mdm_ancien_3__1845.jpg

J’ai mis pas mal de temps à trouver la datation exacte de cette gravure exceptionnelle. Comme beaucoup d’autres (et en particulier celle de Jean Chicoy écartant avec son enfant dans les bras), on la trouve en effet reproduite et diffusée un peu partout avec des informations souvent erronées. Certaines portent en particulier comme légende : « Une course à Mont-de-Marsan en 1869 », ou encore, comme sur le site de la régie des fêtes de Mont-de-Marsan et dans l’historique des arènes : « Course de taureaux vers 1800 sur la Place Saint-Roch ». La vérité se situe, comme souvent, entre les deux, car j’ai découvert qu’elle datait de 1845. Elle est parue en effet dans L’Illustration, n° 133, vol. VI, daté précisément du samedi 13 septembre 1845, p. 21, avec la simple légende: « Course de taureaux à Mont-de-Marsan ». Voici l’article qui l’accompagne et l’explique, vue de Paris…
« Courrier de Paris »
« De quel pesant commentaire en effet voulez-vous donc que nous surchargions cette légère vignette. Elle parle à vos yeux et s’exprime avec plus d’agrément et d’exactitude que nous ne saurions le faire. Cette arène ornée et pimpante, ces drapeaux déployés, cette foule qui s’entasse autour de l’enceinte, ces taureaux échappés, ces hommes qui courent et s’élancent, ces acclamations enfin que vous imaginez sans peine, tout ce spectacle ne vous dit-il pas qu’il s’agit d’une de ces fêtes méridionales, au moyen desquelles toute une population témoigne à quelque illustre et auguste visiteur sa joie de le voir et son contentement d’être vue. M. le duc de Nemours, passant en effet par Mont-de-Marsan, il y a une quinzaine de jours, a assisté à une course de taureaux, préparée par les soins des autorités de la ville. Nous disons course et non pas combat. En France, nous savons si bien nous contenter de divertissements où le sang ne coule pas ! Cependant, que ces exercices ne soient pas exempts de danger, qu’ils exigent des écarteurs (ainsi s’appellent les douze Basques chargés de les lancer et de les exciter à la course), qu’ils exigent, disons-nous, beaucoup de courage et de présence d’esprit, vous n’en douterez pas après avoir vu, d’après ce croquis, à quel point le taureau est libre, et furieux et menaçant, et comment nos écarteurs en sont réduits, pour toute arme offensive et défensive, uniquement à toute leur adresse et agilité. »
Suite à cette découverte, j’ai donc mis au travail mes amis des Archives départementales des Landes pour qu’ils cherchent une trace de cette course dans la presse locale, et ils ont en effet trouvé les détails de notre événement. Le compte-rendu du séjour de leurs altesses le duc et la duchesse de Nemours dans la préfecture landaise est en effet détaillé dans le Journal des Landes, 14e année, n° 46 du 21 août de cette année 1845. Ils arrivèrent dans l’après-midi du 18, et furent accueillis à l’entrée de la ville sur la route de Bordeaux par le maire, M. Dufau, et l’ensemble du corps municipal. Il faut savoir que son séjour à Mont-de-Marsan avait été retardé par une indisposition passagère qui l’avait obligé à prolonger son séjour à Bordeaux de quelques jours, et que lui et son épouse étaient en route pour l’Espagne où ils devaient rendre visite à leurs cousines, la reine Isabelle et la reine mère. C’est le lendemain 19 août, marqué par erreur « 20 » dans le Journal, qu’après une escapade à Saint-Maurice et une visite à l’hôpital civil et militaire, ils arrivèrent « à la course » à quatre heures et demie. Mais laissons la parole au journaliste…
« La place [on ne sait pas pour le moment de quelle place il s’agit, mais on peut préjuger que c’était la Place Saint-Roch] présentait l’aspect le plus magnifique et le plus pittoresque. On évalue à quatre ou cinq mille âmes le nombre des curieux qui se pressaient sur les galeries, sur les théâtres, sur les toits, partout où l’oeil pouvait avoir la moindre issue pour regarder dans le cirque.
LL. AA. RR. [Leurs Altesses Royales]ont été reçues dans le pavillon qui leur avait été préparé par le conseil municipal tout entier, et par quatre dames des principaux fonctionnaires de la ville.
La course de taureaux a immédiatement commencé. Les quatorze écarteurs inscrits et revêtus de leur élégant costume, sont allés gracieusement saluer le Prince et la Princesse, et se sont hardiment présentés devant les taureaux qui en ont culbuté quelques-uns. Précisément à ce moment, le temps est devenu mauvais, la pluie a commencé à tomber, et a contraint à se retirer le Prince et la Princesse que le spectacle nouveau auquel ils assistaient semblait manifestement intéresser.
LL. AA. RR., avant de se retirer, ont fait remettre à MM. les commissaires de la course une somme de 200 fr., pour être distribuée en leur nom aux écarteurs. »
Le duc et la duchesse quittèrent Mont-de-Marsan le lendemain 20 août au matin pour Dax et Bayonne, sans que l’on sache (mais l’enquête continue!) si dans ces deux villes on leur offrit également un spectacle taurin.

La gravure elle-même représente en une seule scène l’ensemble des jeux qui se pratiquaient généralement avec les taureaux avant que la corrida espagnole d’un côté, et la course landaise de l’autre, ne se codifient. En premier lieu, il semble que les personnages, que la revue parisienne qualifie de « Basques » soient en fait des Navarrais qui, depuis le 18e siècle, assuraient ce type de spectacle à pied, en particulier à Bayonne. Leur costume paraît d’ailleurs mieux correspondre à leurs habitudes vestimentaires qu’à celle des Landais. On notera que, comme il en était d’usage depuis longtemps dans les rues comme sur les places, la bête était tenue par une corde pour garantir un peu de sécurité aux acteurs. Parmi les attributs de ceux-ci, on distingue l’aiguillon tenu par l’écarteur au premier plan, mais surtout les banderilles, tenues par au moins cinq de ses congénères et destinées à exciter le taureau. On voit également qu’on pratiquait déjà le saut (à la course), et peut-être l’écart auquel semble se préparer un svelte jeune homme appelant la bête. Enfin, on notera qu’au fond de la piste, on aperçoit 10 loges numérotées, comme aujourd’hui.

Le « projet gascon » à l’époque de G. Rémy

montfort_remy_2.jpg

Voilà ce qui se passait à l’époque de Gaston Rémy dans la cour de récréation de l’école de Montfort-en-Chalosse, une école chère à Emmanuel Lataste et à sa mère, et une école sur les bancs de laquelle j’ai usé mes fonds de culotte… Je me rappelle qu’il nous arrivait effectivement de « jouer à la course » et de réaliser de fabuleux écarts face à des coursières jouées par les copains. Plus tard, au lycée, nous (les internes) défilions régulièrement en chantant l’air de la Cazérienne devant des externes qui se demandaient quel était ce rite étrange. Nous avions le mouchoir à la main, et certains prenaient un malin plaisir à boîter bas, victimes de tumades imaginaires…