Un grand parmi les grands : Daverat (Barthélemy, dit Paul)

x_daverat

Paul Daverat fut à coup sûr l’une des grandes figures de notre course landaise du dernier quart du 19e siècle.

Voici la biographie qui est consacrée dans Mémoire des Landes à ce grand écarteur-sauteur, né à Laurède le 13 août 1855 et décédé dans ce même village chalossais le 13 janvier 1890.

« Fils d’agriculteur, préférant les escapades dans la nature aux salles de classe, il fut très tôt attiré par la course landaise, très en vogue à Laurède, à la suite des frères Darracq, maîtres dans l’art de la feinte. La course landaise avait alors un aspect beaucoup plus spontané que de nos jours. La réglementation en était plus vague. Paul Daverat est entré dans l’histoire pour ses dons exceptionnels de sauteur. Ils furent sans doute favorisés par cet apprentissage précoce mais surtout par des qualités physiques remarquables. Le 15 août 1877, il fit sensation dans les arènes de San-Sebastian en sautant sans élan et à pieds joints le quatrième toro de cette corrida. Sa célébrité devint alors internationale. Il fit plusieurs tournées en Espagne, lors de courses mixtes, espagnoles et landaises, encore en vigueur à la fin du XIXe siècle. Dans le midi de la France, on s’arrachait l’honneur de faire figurer son nom sur les affiches des fêtes. Avec la gloire lui vint la fortune (certains contrats atteignirent mille francs or !), mais il gaspilla tout cela dans une vie tapageuse et dissolue. Ses dons de sauteur lui servirent aussi à échapper aux gendarmes. Il reçut dans les arènes du Bouscat (Gironde) un coup de corne fatal qui termina sa carrière. Il perdit sa réputation et sa gloire. Sa carrière historique se terminait tristement. Il mourut à trente-quatre ans d’une grippe et fut enterré dans le boléro d’or que lui avait offert la reine d’Espagne. Laurède lui a élevé une statue en bas-relief, due au ciseau de Cel-le-Gaucher, en 1947. »
Notice de Jean-Pierre Laulom, extraite de Mémoire des Landes, Mont-de-Marsan, Ed. Comité d’études sur l’histoire et l’art de la Gascogne, 1991, p. 100-101

Paul Daverat, l’élégant…

daverat1.jpg

Cette superbe photographie illustre bien l’élégance légendaire de notre grand sauteur de Laurède. Elle apparaît semble-t-il pour la première fois sur la couverture de la célèbre Histoire des courses landaises de Clic-Clac, puis fut régulièrement reproduite dans la « Tuile ». Elle orne également l’article narrant l’exploit de Daverat devant un taureau à Saint-Sébastien en 1878, rédigé par l’un de ses amis et accompagnateurs, « Don Emilio » de Mugron (de son vrai nom Emile Pédedieu), et imprimé dans l’Almanach de la Course landaise pour 1912.

Paul Daverat, le séducteur…

Nous avions déjà noté que notre grand Paul Daverat avait une élégance naturelle exceptionnelle. Nous apprenons maintenant que c’était également un grand séducteur… En voici la preuve dans l’article que lui consacre Jean Fonclar dans la Revue générale : littéraire, politique et artistique, 5e a., 1887, p. 63-64.
« « Tout Paris » a battu des mains à l’agilité de Paul Daverat. Le grand écarteur landais a, sur les rives de l’Adour et tout alentour, une réputation prodigieuse. Point de ville, point de bourgade qui à ses « corridas de toros » ne veuille l’avoir. Et il n’est pas rare de voir fonctionner la « cuadrilla » Daverat et Hinx à côté des « cuadrillas Mazzantini », « Fernandez Valdemore » ou de quelque autre lourdaud espagnol que Madrid, Séville et Saint-Sébastien ont acclamé… de huées.
L’on ne sait peut-être pas que Daverat est un homme heureux… et à bonnes fortunes. Les femmes du pays sont fières de lui, et les dames, les grandes dames, ne dédaignent pas de lui sourire… au moins.
C’était en août dernier [1886], dans une petite ville d’eaux resserrée par les massifs pyrénéens. Les gradins des tribunes étaient ornés de quelques centaines de toilettes, et Daverat faisait merveille. Les bravos éclataient de toutes parts ; une jeune dame, « au teint bruni » d’Andalouse, se fait remarquer en lançant un cigare. Daverat se baisse et salue… presque avec élégance. Je sentis à côté de moi un petit trémoussement d’indignation ; je me retournai : c’était Rose, la jolie servante de l’hôtel, une Béarnaise de Coarraze, au fichu crânement enroulé sur le derrière de la tête, qui s’agitait. Je remarquai alors que les couleurs du fichu de Rosette et celles de la culotte de Daverat étaient d’un bleu d’une étrange ressemblance.
La fanfare municipale sonne quelques refrains discordants, et une autre vache (les Landais n’opèrent pas avec les taureaux !) fait son entrée dans le cirque : nouveaux sauts, nouveaux bravos. Cette fois, la dame jette son mouchoir, un mouchoir brodé ; Daverat s’incline. Je sens à côté de moi le trémoussement qui s’accentue, et les yeux de ma voisine brillent de courroux contre sa rivale à chapeau. Nouvelle course, nouveaux applaudissements. C’est le tour de l’éventail, et Daverat fait à l’inconnue sa plus gracieuse révérence. Aussitôt, d’un brusque mouvement, la fille de Béarn déroule son fichu et le lance au milieu du champ de courses… Je dois dire que Daverat ne bougea pas, et, de dépit, la petite Rosette quitta la place.
Le lendemain, la rumeur publique m’apporta que Daverat et la dame « au teint bruni » s’étaient rencontrés… par hasard, et qu’elle lui avait donné le bout des doigts à baiser… Simple bruit !
Huit jours après, nouvelle « corrida de toros ». La belle Espagnole n’était plus là, mais Rose s’y trouvait, en fraîche toilette, et cette fois sa main gantée faisait aller un bel éventail… que je reconnus. »

Une nécrologie…

daverat_monde-ilustre_1890-03-22 - Copie.jpg

Parmi ses nécrologies, voici celle parue le 22 mars 1890 dans un périodique national, Le Monde illustré (34e a., n° 1721, , p. 192) accompagnée de la très belle gravure ci-dessus, réalisée d’après la photo que nous avons publiée plus haut.
« L’écarteur Paul Daverat.
L’un des héros des courses landaises, Paul Daverat, a succombé récemment. Doué d’un sang-froid extrême, en possession de tous les secrets de la course, il n’avait pas son pareil pour sauter par-dessus la bête, à pieds joints, et souvent les jambes nouées avec un mouchoir.
Daverat n’était pas seulement un sauteur hors ligne, il était encore un écarteur de premier ordre. Une impérieuse vocation l’avait poussé tout jeune dans la carrière qu’il avait embrassée, et dès le début il obtint des succès étourdissants. Dans les arènes des Landes, du Gers et des Basses-Pyrénées, il recueillit des applaudissements chaleureux.
En Espagne, à côté des plus célèbres, auprès de Frascuelo et de Lagartijo, il obtint, par l’originalité de son  jeu, les suffrages de l’assemblée. C’est aux arènes du boulevard Saint-Genès, fondées par lui à Bordeaux, l’été dernier, qu’il remporta ses derniers triomphes. A l’heure où la tauromachie commence à s’implanter dans les mœurs parisiennes, et où l’on prend goût à ce genre de spectacle, la physionomie du champion français intéressera particulièrement tous ceux qui sont friands des jeux périlleux de l’arène. »

Une réflexion sur “Un grand parmi les grands : Daverat (Barthélemy, dit Paul)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s