Un hymne à la tauromachie en 1888

journal_det

Je ne peux résister, en ce début de temporada, au plaisir de vous faire partager ces lignes écrites par un « nordiste », M. Barbier, et datées de Châtillon-sur-Loire le 8 septembre 1888, il y a 130 ans. Elles ont paru à la fin de l’article que ce personnage rédige sur « La tauromachie en France et en Espagne » dans le Bulletin local de la Société académique des Hautes-Pyrénées, t. 1, 1890, p. 44-48. La conclusion peut fournir un bon exercice de réflexion…
« Il me reste à dire deux mots de jeux fort en honneur sur le versant nord-ouest des Pyrénées. Je veux parler de la course landaise.
Ici, plus de taureaux, ce sont des vaches qu’on lâche dans l’arène; plus de scènes d’abattoir, comme de l’autre côté de la montagne; mais le danger pour l’homme n’en subsiste pas moins. La vache, dont l’allure est si différente de celle du taureau, est tenue en longue laisse. Une seule chose subsiste, c’est l’agilité de l’écarteur. Le Landais trompe la bête affolée, esquive ses attaques par des écarts serrés, des feintes de pied ferme, des sauts à pieds joints ou périlleux. La course landaise a donc plus d’un rapport avec la course provençale.
Ne faudrait-il pas voir, dans ces jeux, des exercices créés par une race qui, sous la double influence des coutumes provençales et des mœurs espagnoles, n’a pu satisfaire complètement ni aux unes, ni aux autres, par suite du milieu où elle a vécu et des différences de goûts et d’aptitudes, résultant de la fusion des races d’Orient avec celles d’Occident? Je serais assez porté à le croire.
Mais, en France comme en Espagne, dans les Landes comme sur les bords du Rhône, qu’elle ait pour origine un souvenir religieux ou un exercice chevaleresque, le combat avec les taureaux est toujours en grand honneur. Les fils continuent à aimer ce qui charmait leurs pères. Qu’on l’appelle course ou ferrade, la lutte tauromachique est un pieux hommage rendu à la mémoire des ancêtres. Et voilà pourquoi cet usage reste aussi vivace qu’aux temps antiques. C’est que, de tout temps, la tradition a été pour l’homme un dépôt sacré. Gardons-là donc cette tradition. Des Alpes aux Pyrénées, gardons-le précieusement cet héritage de nos pères; c’est le lien qui unit les fils aux aïeux, l’homme à sa patrie. »

8e étape : l’appel

fleutiaux_gab_1.jpg

Dans ces temps anciens de la course landaise, l’appel de l’écarteur jouait un grand rôle, car les entraîneurs n’avaient pas encore le rôle qu’on leur connaît aujourd’hui. Le teneur de corde avait pratiquement seul la responsabilité de placer la vache et de la diriger dans le meilleur axe possible. L’appel de l’écarteur, par des sauts, des sifflets, des cris, des gesticulations diverses était donc important pour attirer l’attention de la coursière. Il l’était d’autant plus bien sûr lorsqu’il affrontait des vaches sans corde. On voit ici un face à face dans les arènes de Gabarret, où la vache semble avoir un peu de mal à partir sur l’homme.

lassalle_ss_17.jpg

Voici un bel appel lors des traditionnelles fêtes de la Saint-Jean, à Saint-Sever.

livre_remy_det.jpg

L’appel fait en outre l’objet d’une belle représentation picturale, œuvre de Gaston Rémy, qui orne la couverture de son ouvrage sur Les courses landaises publié en 1949.

Voici d’ailleurs, selon lui, quelques-uns des types d’appel que les écarteurs de son époque faisaient. On voit qu’il y avait de la diversité ! Dans l’ordre, un appel de Suisse, un appel à reculons de Mazzantini, et enfin un « appel disgracieux » de Martial (mon avatar !).

appel_suisse.JPG   appel_mazzantini.JPG   appel-disgracieux_martial.JPG

Arènes : Pontonx-sur-l’Adour (40)

DSC_0061.JPG

©Photo F. Bordes

Nous étions nombreux hier sur les gradins des nouvelles arènes de Pontonx pour assister à la superbe prestation des « Générations nouvelles ». Voici un peu d’histoire sur cette plaza.

ar_pontonx_9

Voici l’une des rares cartes où l’on aperçoit, à l’arrière-plan, dans le bouquet d’arbres, les anciennes arènes en bois de Pontonx. Notons que l’éditeur orthographia par erreur le nom de la commune « Pontoux » !!!
Pour ceux qui n’arriveraient pas à bien voir, voici le détail de l’image.

ar_pontonx_9_det

C’est en décembre 1911 que le projet de construction d’une arène en béton armé voit le jour, remplaçant de trop coûteuses arènes de bois. Le cirque en fer à cheval de 2 800 places a été imaginé par M. Despruneaux, architecte à Mont-de-Marsan. Et c’est en janvier 1912 que ses plans ont été approuvés. L’entreprise Sabatier de Bordeaux a exécuté la construction des gradins.

ar_pontonx_5.jpg

Voici une vue représentant la porte d’entrée caractéristique de cette plaza, imaginée dans un style néo-mauresque par l’architecte Despruneaux de Mont-de-Marsan, qui avait également réalisé l’année précédente les arènes de Villeneuve-de-Marsan.

ar_pontonx_1.jpg

100 ans plus tard, les nouvelles arènes couvertes sont construites; elles ont été inaugurées le 30 novembre 2013 :

inaguration-du-complexe-les-arenes-a-pontonx-sur-l-adour.jpg

Photo Sud-Ouest, © Dequier Loïc

Pour voir le projet original de réhabilitation de ces arènes et de leur transformation en « espace polyculturel » par l’architecte Sophie Courrian : http://youtu.be/gJ117CN1Dvs

 

La cuadrilla Passicos vers 1900

passicos3.jpg

Grâce à Gérard Laborde et à ses trésors, voici une des grandes cuadrillas d’avant la guerre de 1914. Il s’agit de celle attachée (au moins quelque temps) à la ganaderia qu’Edouard Passicos avait montée à partir de 1901. On sait qu’à cette époque, les écarteurs changeaient très régulièrement de cuadrilla car les ganaderos s’attachaient généralement les services de tel ou tel pour une année seulement. Je publierai dans des articles à venir quelques-uns des contrats que j’ai pu retrouver de cette époque.

L’intérêt de cette image est qu’elle comporte l’identification de certains des écarteurs formant cette cuadrilla. Au 1er rang, au centre, on trouve le cordier Hainx, avec à sa gauche Mouchès (ou Mouchez) dit Pelouï, puis Maxime et Picard; au 2e rang, au-dessus de ce dernier on reconnaît Giret.

Il est intéressant de noter ce que M. Passicos lui-même pensait de certains de ces hommes lors de leur première année de course, d’après ce qu’en rapporte Clic-Clac dans son Histoire des courses landaises :

« 1° Maxime.- Celui-ci, dit M. Passicos, je le prends pour le roi de l’époque tauromachique. Pour moi, il n’a pas de rival ; Maxime fait toujours un très joli travail ; il écarte toujours avec calcul et ne se dérange jamais. Il attaque indistinctement toutes les bêtes, et règle son travail selon ses aptitudes et les qualités de la vache. Son coup d’oeil est sûr et il est rarement pris.

2° Giret.- Je place au deuxième rang Giret, qui a un travail très suivi, quoique pas toujours parfait. (…)

7° Hainx.- Est devenu un très bon teneur de corde. Il a vite compris son métier. Tout en sauvegardant les hommes, il évite les coups de corde violents qui souvent troublent la beauté du jeu et faussent les vaches. »

Des courses à Mugron… en 1878

ar_mugron_1.jpg

On trouve parfois dans le Journal officiel, du moins dans des très anciens numéros, des choses étonnantes. Témoin cette mention imprimée dans le numéro du 21 avril 1878 :
« On lit dans la Nouvelle Chalosse:
La ville de Mugron fait les plus grands préparatifs pour recevoir les étrangers qui se rendront à la fête du 23 avril en l’honneur de Bastiat. Voici quelques détails sur la cérémonie :
A deux heures réception du Ministre;
A deux heures et demie, inauguration du monument;
A trois heures, brillante course aux taureaux, offerte aux étrangers par la commission des fêtes de Mugron. Une somme de 500fr. sera distribuée à MM. les écarteurs et répartie suivant le mérite de chacun. »
Il ne s’agissait rien moins que de recevoir Léon Say, alors ministre des finances, à l’occasion de l’érection du monument en l’honneur de Frédéric Bastiat. Bien entendu, les arènes représentées sur la carte postale qui illustre cet article n’existaient pas encore… Il semble que ces courses aient été perturbées par la pluie. Si j’en trouve (ou quelqu’un d’autre qui peut me le faire passer) un compte-rendu dans le Journal des Landes ou ailleurs, je suis bien sûr preneur !

1850 : le premier saut à pieds joints

1887_saut_3.jpg

Il fut semble-t-il réalisé par Joachin, de Saint-Sever, vers 1850, alors qu’à l’époque on ne pratiquait que le saut à la course. Voici ce qu’ajoute Clic-Clac au sujet de ce sauteur : « Ce célèbre toréador était parvenu à sauter les pieds liés, de face, de côté et même en arrière, tournant hardiment le dos au taureau »… Avis aux amateurs et aux professionnels : qui osera le refaire, de dos avec les jambes liées ? !

Sur cette gravure datant de 1887, il s’agit d’un autre type de saut, les pieds dans le béret. Aujourd’hui, nos sauteurs ont fusionné les deux traditions en une seule, les pieds dans le béret et les jambes liées.

Arènes : Casteljaloux (Lot-et-Garonne)

dupin_castel_2.jpg

Je vous ai déjà parlé des arènes de Casteljaloux, et en particulier des courses hispano-landaises qui s’y déroulaient. Voici une image de la première plaza, qui se situait rue du Turon. Le paséo est mixte, avec les matadors devant, et les écarteurs derrière, juste avant les mules…

lattie_2.jpg

Voilà maintenant une image de la deuxième plaza que connut Casteljaloux, et qui fonctionna jusqu’en 1926 où elle fut détruite par un incendie. Elle adoptait un plan rectangulaire et était couverte sur les 4 côtés.
Pour plus de détails, voir le superbe site de l’ami Christian Capdegelle, le spécialiste de la tauromachie lot-et-garonnaise qui nourrit régulièrement notre blog : http://torosencasteljaloux.pagesperso-orange.fr/Accueil/accueil.html