Mort pour la France : Priam (Eugène)

priam.jpg

Voici notre troisième héros de la Grande Guerre. Il s’agit d’Eugène Priam, cultivateur, né le 28 octobre 1881 à Renung (Landes). Il a le n° matricule n° 1700 au recrutement à Mont-de-Marsan en 1901. Il fait son service normal du 14 novembre 1902 au 19 septembre 1903 au 34e RI et en sort avec un certificat de bonne conduite. Il est placé en position de réserviste le 1er novembre 1905, puis rappelé au tout début du mois d’août 1914.
Il est tué à l’ennemi le 26 janvier 1915 au combat de Vassogne (Aisne), après avoir combattu depuis le 12 août 1914. Il est inscrit sur le livre d’or d’Eugénie-les-Bains, et son nom figure sur le monument aux morts de cette cité thermale sous le patronyme erroné de « Prian ».

Voici ce que La Course landaise annonce en mars 1916 :
« Nous avons à enregistrer aussi [avec celle de Daverat] la perte de Priam, torero landais, populaire par excellence, qui a figuré sur toutes les places de la région, originaire d’Eugénie-les-Bains (Landes). Priam fut toujours l’écarteur classique et laborieux que l’on aimait à revoir avec plaisir. Il est mort en brave, au champ d’honneur. »

Elle lui consacre un nouvel article dans son numéro du 1er décembre 1916, sous la plume d’un de ses compagnons de tranchée :

« La fin d’un champion !
Les lecteurs de la Tuile ont déjà appris la mort au champ d’honneur, d’un ancien champion de nos arènes landaises, le vaillant torero Priam. Voici quelques détails :
Priam appartenait à la 6e Cie du 18e Régiment d’infanterie. Au cours des derniers mois de 1914, il avait vaillamment fait son devoir et s’était battu comme il avait écarté, jadis, avec courage et conscience. On saura plus tard combien fut ingrate en ses débuts cette guerre de tranchées qui dure encore ; quelles fatigues, quelles souffrances et quelles privations durent endurer nos braves poilus en luttant contre un ennemi toujours terré, supérieur en nombre et qui tentait de les écraser sous l’accumulation d’un matériel de plus en plus puissant. Notre champion vécut ces heures héroïques avec la patience et l’abnégation qui, seules, pouvaient suppléer à l’insuffisance de nos moyens.
Toutes ces épreuves n’avaient point amolli son courage. Aussi, le 25 janvier 1915, lors de cette terrible ruée des hordes allemandes, se trouvait-il au premier rang parmi les défenseurs de la tranchée, sur le plateau de Paissy. Décidé, comme tous ses camarades, à repousser l’attaque de l’ennemi qui s’était fait précéder par un bombardement d’une violence inouïe, il trouva la mort dans ce combat féroce qui finit dans un terrible corps-à-corps : les positions furent conservées.
Aujourd’hui, grâce aux soins pieux d’un Aturin dont je tairai le nom pour ne pas froisser sa modestie, Priam dort son dernier sommeil au-dessous d’un des principaux éperons de ce plateau qu’il avait si vaillamment défendu. Il repose à côté d’autres fiers Landais des bords de l’Adour, tombés comme lui, à la même heure tragique, face aux Boches dont ils venaient de briser le sauvage élan. A 30 mètres d’une route bien connue des poilus des Landes et des Pyrénées, une petite croix indique la dernière demeure de celui qui, toujours égal à lui-même devant le danger, porta sur le champ de bataille les qualités qui l’avaient fait tant apprécier de notre aficion.
Priam est mort en héros : sa fin sublime, bien digne d’un champion, le couvre d’une auréole de gloire.
Pe-Re-Qui-Not
Aux Armées, le 8 novembre 1916. »

Quant à la carrière dans le monde la course landaise de celui qu’on surnommait souvent « le bûcheur », voici les éléments tirés du dictionnaire de Gérard Laborde :
« Dans les années 1903-1904, Eugène Priam débute face aux rudes coursières du troupeau de seconde zone de Mocoucut-Gaillat de Geaune, qui valaient bien celles des grands ganaderos de l’époque. Les bonnes dispositions qu’il manifeste lui valent d’être engagé par le ganadero Passicos pour une tournée dans le Midi, avec notamment une belle course pour Pâque à Béziers. Durant ces premières années, Priam devait garder son indépendance vis-à-vis des cuadrillas organisées, en contrat avec les ganaderos de formelle. En 1905, on va le retrouver souvent face au bétail de la ganaderia finissante de Bacarisse. Après ce rude apprentissage, le grand ganadero Joseph Barrère, à qui il restera fidèle tout au long de sa carrière, va l’engager dans sa cuadrilla. Sous les ordres de Giovanni, Jean Fillang, Meunier, puis de Koran, successivement, Priam figurera sur les affiches dans les têtes de la cuadrilla de 1907 à 1913. En 1906, Priam, le torero d’Eugénie-les-Bains se révèle au grand public en remportant 3 premiers prix […] ainsi que 6 deuxièmes prix pour seulement 16 courses effectuées. […] En 1909, Priam est sacré n° 1 avec 3205F de gains provenant notamment de 17 premiers prix pour les 28 courses auxquelles il a participé ! […] En 1914, il va travailler au sein des cuadrillas que le Sybdicat des toreros landais propose aux organisateurs de courses; à son actif, un premier prix sur huit courses.

Éléments biographiques tirés du Dictionnaire encyclopédique des écarteurs landais de Gérard Laborde (Editions Gascogne, 2008), p. 464-465 (avec l’aimable et amicale autorisation de l’auteur)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s