Darracq (Joseph Pouchiou, dit)

darracq2

On fête cette année le 135e anniversaire de la naissance de Darracq, né en 1883 et décédé en 1964, dont voici quelques éléments biographiques.

« Bien qu’ayant perdu un œil dans son enfance à la suite d’un coup de corne d’un bœuf, Joseph, encore tout jeune, tourne son premier écart à Peyrehorade, en 1899, devant une coursière du ganadero Darracq d’Amou, protégé à la corde par Omer, une ancienne gloire de l’arène. Puis, il participe à de nombreuses novilladas et remporte même un premier prix de 25 f. à Pouillon en 1902. L’année suivante, alors qu’il est apprenti boulanger à Bordeaux, il écarte avec succès les coursières de Dubecq aux arènes de Caudéran. A la suite de ce succès, il écrit à tous les ganaderos de formelle pour proposer ses services ; comme Barrère est le seul à lui répondre, il s’engage dans la cuadrilla dirigée par Giovanni qui est attachée au troupeau du ganadero de Lapeyrade. En 1903, conseillé par Eugène Kroumir, le célèbre Flam, Darracq remporte son premier prix (90 f.) et subit à Bordeaux la première blessure importante de sa carrière en formelle. A partir de 1904, Darracq va être une des têtes de la cuadrilla pendant sept saisons consécutives. (…) En 1911, Darracq signe chez Portalier mais revient chez le ganadero de Lapeyrade dès la saison suivante (…). Durant la temporada de 1914, Darracq travaillera au sein des cuadrillas du Syndicat des toreros landais. »

Eléments biographiques tirés du Dictionnaire encyclopédique des écarteurs landais de Gérard Laborde (Editions Gascogne, 2008), p. 118-119 (avec l’aimable et amicale autorisation de l’auteur).

J’ai trouvé une autre carte photo, identique à celle que je vous ai présentée plus haut, et qui a beaucoup plus de valeur, car le texte au dos est signé de la main de Darracq lui-même. Nous sommes en 1911, et il écrit au boulanger de Lannes, près de Mézin dans le Lot-et-Garonne, alors que lui-même réside alors à Gabarret. On se rappelle que Darracq, « dans le civil », avait fait une formation de boulanger, et voici ce qu’il répond au destinataire (j’ai conservé l’orthographe originale…) :
« Monsieur Fourteaux, vous me dite de venir vous donné un coup de mains. Je suis [parti] faire un remplasage jusqu’à Carnaval. Mintenan, si vous pouvez m’atendre jusqu’après, je serai à votre disposition avec un grand plaisir. Faite-moi une réponce si vous pouvez jeudi en huit. Recevez et Mme mes salutation. Darracq toréador, à Gabarret Landes ».

darracq_1

Et le voici enfin, toujours tiré de ma collection, plus âgé, béret sur la tête et en costard-cravate !

x_darracq

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s