Technique : le saut à la course ou en longueur

dargert_saut_remy_1

C’est le plus ancien des sauts pratiqués dans nos courses.

Voici ce qu’en disait Gaston Rémy dans son Histoire des courses landaises :

« Le saut à la course, c’est-à-dire à l’avancée de l’adversaire, est un saut en longueur, à peine haut pour que les pieds se voient engagés dans l’encornure, mais avec l’amplitude voulue pour que toute l’échine soit franchie. Cette passe est la plus habituelle et dans la série de tous ceux qui l’ont pratiquée, il est juste de mentionner Dargert pour reconnaître la perfection qu’il y a apportée et que continuent les André I et II comme Gilbert et de plus jeunes. »

De son côté, Clic-Clac, qui se réjouissait que l’on ait enfin intégré les sauts dans la course landaise pour en rompre la monotonie, décrit ainsi ce type de saut :

« Dans le saut à la course ou en longueur, l’homme placé à l’une des extrémités de l’arène, cherche à fixer sur lui l’attention de la vache placée à l’extrémité opposée. Il est aidé en cela par le teneur de corde. Dès que la vache l’a aperçu et s’est précipitée de son côté, l’écarteur à son tour et sans retard court à sa rencontre et calculant bien son affaire, bondit en hauteur pour livrer passage à l’animal juste au moment où il humilie pour porter le coup de tête. Cet exercice demande beaucoup d’audace, d’à-propos et d’élasticité musculaire ».

Voici une représentation de ce saut à la course ou en longueur dans la série de cartes de l’éditeur toulousain Labouche.

labouche_10.jpg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s